A la unePolitique

Dernier acte financier pour le Conseil Régional avant les élections

Les élus régionaux sont réunis ce jeudi à Orléans pour parler notamment finances avec les orientations budgétaires 2021, le futur contrat de plan État/région ou encore le plan de relance. Ce sont des crédits considérables qui sont mobilisés mais au risque de dégrader sensiblement les équilibres financiers. A l’approche des élections prévues pour juin prochain le consensus ne devrait pas être au rendez- vous.

Le ferroviaire sera au cœur des futurs investissements régionaux

Les oppositions au président régional François Bonneau ont toujours réclamé plus d’investissements et de meilleurs choix pour renforcer l’attractivité de la région. Ils pourraient donc être satisfaits de voir la région s’endetter fortement pour surmonter la « crise sanitaire, économique, sociale et environnementale ». Mais pour Guillaume Peltier (LR) comme pour Charles Fournier (EELV), pas sûr que ces efforts soient suffisants et surtout pertinents. « Et pourtant plaide François Bonneau nous avons changé notre paradigme financier. Jusqu’à présent nous privilégions la prudence en étant une des régions les moins endettées de France. Mais la crise s’est traduite par un devoir et une opportunité ».

Le devoir c‘est celui de venir en aide aux plus fragiles et de conforter le tissu économique, surtout celui des PME-TPE qui risque d’être ravagé en 2021. L’opportunité c’est celui d’un coût de l’argent extrêmement faible qui rend donc les emprunts attractifs et ce qui permet de maintenir une capacité d’investissements de 300 millions par an. Les orientations budgétaires (le budget 2021 sera voté en février) traduisent donc cette nouvelle orientation.

Jean Jacques Talpin

Lire la suite sur MagCentre

Print Friendly, PDF & Email