A la uneReportage-Société

Dans l’intimité d’Emmaüs à Esvres

C’est un site de 6 hectares installé en bordure de la D943 depuis 1975. Pour trouver Emmaüs à Esvres, il faut rejoindre l’Avenue de l’Abbé Pierre, du nom de celui qui a fondé l’association. Sur place on trouve tout : du frigo aux vieilles pendules en passant par un piano, une peluche dalton, des livres de cuisine, de beaux meubles ou des jeans.

Emmaus Fev 19-0403

A Esvres, la communauté Emmaüs c’est à la fois le plus grand bric à brac du département d’Indre-et-Loire et un lieu de vie hébergeant en permanence une soixantaine de personnes sans ressources qui ont fait appel à l’association (une douzaine d’autres vivent à Chinon). Ce sont presque tous des hommes, âgés de 22 à 82 ans. 25% d’entre eux bougent tous les ans, mais le plus ancien vit ici depuis 1982.

« On s’apprête à accueillir les gens jusqu’au bout de leur vie » nous explique le responsable, Laurent Kaeuffer. Ils sont une quarantaine à manger ensemble chaque midi, une vingtaine le soir. Parfois le canapé du réfectoire sert pour une personne de passage, en attendant qu’un studio se libère. La cuisine est gérée en équipe de 3, et ici on pose ses congés comme dans n’importe quelle entreprise en tenant compte du planning global, « on essaie de coller au droit commun. » Chacun a son rôle dans la chaîne, pour récupérer les dons des particuliers, les trier, les réparer ou les vendre. Tous bénéficient de 400€ d’allocation mensuelle, 600€ pour les retraités.

2 000 tonnes transitent sur place chaque année : 500 sont revendues, 1 500 jetées ou recyclées. Le roulement est permanent, la boutique est pratiquement renouvelée de fond en comble tous les 15 jours. A eux seuls, les vêtements constituent 25% de tout ce qui est récupéré par Emmaüs qui les redispatche souvent sur sa demi-douzaine d’autres sites du département (Amboise, Tours Nord, Chinon, Joué-lès-Tours…). Quant aux objets les plus singuliers ou les plus précieux, ils sont conservés pour les deux grandes ventes annuelles, lors des 1ers week-ends de juin et de décembre. De quoi apporter des fonds à la structure aux 275 adhérents dont plus de 120 bénévoles actifs qui vit avec moins de 10% de subventions.

Pour en savoir plus sur les coulisses d’Emmaüs à Esvres, découvrez ci-dessous notre diaporama photo réalisé avec Claire Vinson…

Dans l’intimité d’Emmaüs à Esvres Emmaüs proposant un service de débarras gratuit en Indre-et-Loire, les arrivées de camions sont permanentes. Les objets sont déchargés puis triés selon leur état ou leur valeur. Des frigos, des chaises, des matelas… Faute de place, de nombreux objets sont stockés et vendus à même la cour d’Emmaüs. Dans une ambiance souriante et musicale, Nelson trie les objets. Il y a aussi un coin pour les petits objets électroniques, les télés, la faïence, la résine, le bois… C’est là que les Compagnons prennent leurs repas en commun. Pour le petit déjeuner, c’est un buffet. Pour le midi et le soir, un service à table. Dans le fond trône un portrait géant de l’Abbé Pierre. Le coin détente. A l’extérieur, le coin sport accueille du monde chaque midi et chaque soir. On peut aussi buller dans le jardin entretenu par l’un des compagnons à qui l’on a laissé carte blanche. Les compagnons ont tous un studio individuel avec terrasse, dans des bâtiments construits en 2000 ou 2016. Ici celui de Patrick, grand amateur d’art et de vieux livres qui l’a meublé avec goût, grâce à des œuvres chinées ou achetées en galerie. Un de ses voisins a lui affiché ostensiblement son amour commun du PSG et de Marilyn Monroe. Ici le studio d’un résident présent depuis des années, plus sobre mais très bien rangé. Chacun personnalise son logement à sa guise : certains aménagent leur terrasse pendant que d’autres la laissent un peu à l’abandon. Des haies ont été installées pour créer un peu plus d’intimité car il y a des pavillons juste de l’autre côté de la rue. Ici le studio d’un résident présent depuis des années, plus sobre mais très bien rangé. Chacun personnalise son logement à sa guise : certains aménagent leur terrasse pendant que d’autres la laissent un peu à l’abandon. Des haies ont été installées pour créer un peu plus d’intimité car il y a des pavillons juste de l’autre côté de la rue. Les logements sont situés dans un parc boisé, à plusieurs dizaines de mètres de la boutique et de la zone de tri des dons. Le plus ancien résident est là depuis 37 ans. Moyenne d’âge : 50 ans. Guy travaille à l’atelier menuiserie depuis 11 ans. 5 à 6 fois par an, il accueille des compagnons d’autres départements pour les former en 15 jours. Tous les 6 mois, il crée aussi des meubles de toutes pièces pour les tombolas d’Emmaüs. Les meubles réparés sont de plus en plus souvent en mauvais état comme celui-ci avec une peinture inadaptée. Guy travaille en duo avec Toufik sur qui il garde toujours un œil avisé. L’atelier de menuiserie d’Emmaüs à Esvres. Dans les réserves d’Esvres, on trouve de très vieux objets parfois singuliers… Exemple avec ce bilboquet géant. Il y a aussi des guitares, des carafes en cristal… « On s’astreint uniquement à refaire les lampes à pétrole » explique Laurent Kaeuffer. Assez inattendu, on découvre des photos de famille. « Les gens nous donnent parfois un peu de leur histoire » explique le responsable d’Emmaüs Touraine. Dans la boutique, le rayon des livres est assez impressionnant à des prix défiant toute concurrence. Tout comme le rayon des chaussures, digne d’un grand dressing. La boutique du site d’Esvres est ouverte les mardis (14h-18h), jeudis (14h-18h) et samedis (10h-12h et 14h-18h). Reportage photos : Claire Vinson Plein écran Retour à l'article

Un reportage réalisé dans le cadre du deuxième numéro de 37° Mag, le magazine papier-connecté de 37 Degrés.

Print Friendly, PDF & Email