A la uneSociété

Couvre-feu : la vie nocturne s’est endormie

Depuis vendredi soir minuit, la Touraine est passée sous le coup du couvre-feu. De 21h à 6h, tout le monde chez soi et ce pendant 6 semaines. Dans les rues de Tours, l’ambiance d’ordinaire chaleureuse n’en est qu’incroyablement plus calme. Reportage en images.


Le Vieux-Tours, sa place Plumereau, ses cafés et bars. L’image type de carte postale de la ville de Tours, avec ses terrasses, sa foule et ses maisons à pan de bois. Les terrasses sont désormais remisées au placard, non pas à cause de l’hiver, mais du passage du département au stade de vigilance maximum face au Covid-19. Un changement qui a entraîné la fermeture totale des bars pendant 6 semaines. Seuls ceux ayant une autorisation d’exploitation en restauration comme le Vieux-Murier peuvent continuer à ouvrir leurs portes jusqu’à 21h.


20h30, dans le vieux Tours, la place Plumereau est quasi-déserte en ce dimanche, quelques étudiants partagent un verre, de rares couples ont décidé de faire un restaurant de dernière minute avant le couvre feu.


20h45, la plupart des bars rangent leurs tables et empilent les chaises


Les pavés des rues historiques ne voient passer pour l’essentiel que des coursiers Uber Eats et Deliveroo…


La place Jean Jaurès, la rue Nationale est toute les rues de Tours voient rentrer les derniers passants. Tours s’endort si tôt ce soir, on croirait une dystopie d’un film d’anticipation, qui n’en est plus une.


21h, De rares retardataires attendent le dernier tram, l’Hôtel de Ville est illuminé mais plus personne n’est là pour le regarder. Encore 6 semaines de calme avant un potentiel retour à la normale.

Print Friendly, PDF & Email