A la uneReportage-Société

Coronavirus : Des milliers de masques distribués grâce aux « couturières masquées »

 

Alors que les autorités préconisent désormais le port du masque lors des sorties, le nombre insuffisant de ceux-ci a conduit à de multiples initiatives pour pallier au manque. Parmi ces initiatives, celles des « Couturières masquées du Centre-Val de Loire » qui a déjà permis la fabrication de plus de 6000 masques en tissu. 

Ils sont une quinzaine à être présents dans la salle des fêtes de La Riche ce mercredi après-midi. La salle de 300 m² mise à disposition par la ville accueille depuis une semaine des membres du collectif « Les couturières masquées du Centre-Val de Loire » qui y fabriquent des masques en tissu, distribués ensuite aux soignants, commerçants, associations d’entraide, particuliers et depuis cette semaine aux habitants de La Riche, sur commande de la ville qui a décidé d’équiper tous ses habitants en prenant en charge les coûts de fabrication.

L1040577

« Ici, c’est la face visible de l’iceberg » explique Mélanie Bresson, présidente de l’association d’artisans créateurs Artisaloire, l’une des pionnières des couturières locales. Dès le début du confinement, cette dernière s’est en effet mise à la confection de masques, d’abord chez elle, seule, puis collectivement à la suite du regroupement des bonnes volontés. « Beaucoup de couturières amatrices ou même professionnelles le font de chez elles, ici on accueille les personnes qui veulent s’investir mais ne peuvent pas le faire de chez elles » explique Mélanie Bresson.

L1040553

Pour entrer dans la salle des fêtes, il faut d’abord montrer patte blanche : contrôle de température et lavage de mains obligatoire, tout comme le port du masque et de surchaussures. L’idée derrière tout cela : éviter des risques sanitaires et faire de l’atelier une véritable salle blanche. Ayant travaillé dans le passé dans le domaine pharmaceutique, Mélanie Bresson explique ainsi avoir transposé les protocoles sanitaires qu’elle a connu préalablement.

contrôle de la température obligatoire pour entrer dans la salle des fêtes
contrôle de la température obligatoire pour entrer dans la salle des fêtes
Mise des protections avant l'entrée dans l'atelier
Mise des protections avant l'entrée dans l'atelier

Les processus de fabrication ont été eux aussi rationalisés afin que rien ne soit laissé au hasard. Réception du tissu d’un côté avec l’espace repassage, fabrication des élastiques sur certains postes, coutures sur d’autres… c’est une véritable chaine de productions qui a été installée grâce aux dons ou aux prêts de matériels comme les machines à coudre de l’entreprise JFA.

Pour respecter les précautions sanitaires, le matériel est d’ailleurs désinfecté chaque heure ou à chaque changement de bénévole. Les masques une fois fabriqués sont également désinfectés et emballés, prêts à être livrés. Pour l’heure on évoque plus de 6000 masques déjà réalisés par les couturières masquées du Centre-Val de Loire, « un chiffre qui ne comprend que ceux réalisés par les couturières à domicile » précise Mélanie Bresson.

Validés par les personnels hospitaliers, les masques des couturières suivent les préconisations de confection de l’Afnor qui a établi des tests pour vérifier que les masques soient bien filtrants même partiellement. Ces derniers sont ainsi réalisés avec deux tissus, dont un en polyester. Nombre de pliures, choix des élastiques… là encore, les options retenues répondent à des choix précis, afin de rendre les masques, le plus efficace possible.

Des masques (réutilisables après lavage en machine à 60°) que l’on peut garder 3 heures à l’issue desquelles ils doivent être changés. S’ils ne remplacent pas les masques professionnels, ces masques limitent malgré tout le risque de contagions et répondent à la préconisation récente des autorités de porter ce type de protections.

Vous pouvez retrouver le groupe des « Couturières masquées du Centre-Val de Loire » sur Facebook

Crédits photos : Pascal Montagne

Print Friendly, PDF & Email