A la uneCulture

Aucard de Tours : vivement 2019 !

Le chapitre Aucard de Tours 2018 est désormais fermé. Le festival porté par Radio Béton aura connu une belle 33e édition avec une nouvelle fois de belles découvertes musicales et une ambiance conviviale et chaleureuse au long des 5 jours de l’événement. Ce qu’on en a retenu. 

La grosse découverte 

Ecca Vandal est incontestablement de loin la grosse découverte pour nous sur ce festival. Programmée mardi soir, l’artiste sud-africaine et son rock qui emprunte les codes du hip hop, aura été une révélation pour beaucoup dans le public. Dynamique et généreuse, Ecca Vandal a montré toute l’étendue de son talent pour son premier concert en France. Une gifle musicale comme Béton sait si souvent dénicher.

Notre coup de coeur 

S’il est toujours délicat de retenir un seul concert de ces 5 jours intenses, on a quand même une pensée particulière pour le concert de Joey le Soldat. Le rappeur burkinabé dégage une intensité et une sincérité évidente derrière des propos engagés et réfléchis et un rap aussi complexe qu’efficace.

Joey le Soldat (c) Pascal Montagne

La scène régionale se porte bien 

Mathem & Tricks, VSSVD, Thé Vanille, Angle Mort & Clignotant, Yacht Club… les groupes régionaux étaient à l’honneur également. Programmés en ouverture chaque soir ou plus tard dans la soirée, ils ont pu bénéficier quasiment à chaque fois d’un public nombreux pour les suivre. Une scène régionale aux styles divers et variés qui a bien rendu la pareille aux spectateurs en livrant souvent des sets aboutis.

Yacht Club (c) Pascal Montagne

Revoir également notre interview d'Angle Mort & Clignotant :

Aucard 2018 : L'interview décalée d'Angle Mort & Clignotant

Aucard De Tours : Avant d'enflammer le petit chap, Angle Mort & Clignotant se sont prêtés au jeu de l'interview décalée. Merci les gars 😉

Publiée par 37 degrés sur vendredi 8 juin 2018

Les « vieux » assurent 

Festival de découvertes, Aucard n’en oublie pas de faire plaisir à ses plus vieux aficionados en programmant quelques vieilles gloires. Cette année, la scène rock était bien représentée avec les $hériff, de quoi se rappeler les origines « punk » du festival sous un grand Chap en feu pour l’occasion.

Il n’y avait pas que du côté du rock que les anciens étaient à l’honneur, puisque le hiphop US des années 90 avait également la part belle avec Onyx et un concert endiablé mercredi soir.

Toujours côté rap US, Petit bémol néanmoins pour Talib Kweli avec un set moyen et sans véritable âme.

Les $hériff (c) MG

Mention spéciale à la déco

Aucard c’est de la musique, mais Aucard c’est aussi une ambiance particulière, qui attire à elle seule un public nombreux. Chaque année, l’équipe de Béton et les 150 bénévoles attachent ainsi une importance certaine à perpétuer la tradition avec une déco spéciale et des déguisements qui vont avec. Tout l’art de ne pas se prendre au sérieux, en faisant les choses sérieusement.

(c) Claire Vinson et Pascal Montagne

Le Slow, un nouvel espace qui a trouvé ses adeptes. 

En plus des traditionnels bars, Aucard avait mis en place cette année un espace « slow » un peu en retrait, pour accueillir le Shanti Shanti et ses plats végétariens et la bière locale « La P’tite Maiz ». Un espace hyper chaleureux qui n’a pas désemplit des 5 jours.

Le Zap'Aucard du dernier jour

Zap'Aucard 2018 volume 5

Et voici le dernier Zap'Aucard 2018. On félicite l'équipe d'Aucard De Tours pour cette belle édition, une nouvelle fois.

Publiée par 37 degrés sur dimanche 10 juin 2018
Print Friendly, PDF & Email