2e tour de la Présidentielle en Touraine : les réactions politiques dans le département

Facebook
Twitter
Email

Ce dimanche soir, Emmanuel Macron a été réélu président de la République avec environ 58% des voix selon les premières estimations. En Indre-et-Loire, la tendance des résultats semble identique avec des disparités selon les communes. Dans cet article, nous listons les réactions des principales personnalités politiques tourangelles.

Daniel Labaronne, député LREM

« Je ne pensais pas qu’on obtiendrait un peu plus de 58%. Je pense que le Président a une légitimité avec ce résultat. On reste lucides et humbles, car il y a eu un vote de rejet à l’égard de Marine Le Pen et on ne peut jamais se satisfaire de la progression de l’extrême droite. La tâche va être compliquée, il y a des défis économiques, budgétaires, écologiques, territoriaux importants. Il lui faut une majorité pour répondre à ces défis et Il faudra peut-être une nouvelle gouvernance pour les affronter avec un élargissement de la majorité présidentielle voire des réformes institutionnelles à mener et mieux faire vivre la démocratie participative. »

Philippe Chalumeau, député LREM

« Je remercie tous les électeurs qui ont porté la voix d’Emmanuel Macron soit par conviction soit par responsabilité. On est sur un score net, sans ambiguïté. Marine Le Pen est apparue plus assagie pendant cette campagne mais la marche reste haute pour convaincre les Français à rallier son projet qui se révélerait inefficace pour le pays et c’est une bonne chose. Il faudra maintenant poursuivre aux Législatives pour donner une majorité au Président de la République. Aujourd’hui on se retrouve avec trois grands blocs avec une gauche radicale, un bloc souverainiste et un pôle progressiste c’est pourquoi je prends cette victoire avec humilité et responsabilité comme mots clés. »

François Ducamp, Rassemblement National 37 :

« C’est une grosse déception avant tout mais on remercie les électeurs qui ont voté pour nous. On fait près de 10 points de plus par rapport à 2017, ce qui montre qu’en réalité, nos idées ont gagné. On est déçus mais on est persévérants pour la suite. On va d’avantage accentuer nos actions pour les Législatives pour envoyer un maximum de députés du Rassemblement National à l’Assemblée Nationale. »

Emmanuel Denis, maire de Tours (EELV)

« Ma première réaction c’est un soulagement de ne pas voir l’extrême droite arriver au pouvoir. Malgré tout le constat est flagrant et ce n’est pas un blanc seing à Emmanuel Macron car il y a 5 ans il avait annonçait qu’il réduirait l’extrême-droite, mais elle a augmenté depuis.

Le 3e tour, c’est-à-dire les élections Législatives, est vraiment ouvert et je pense que l’espoir d’une union forte pour la gauche et les écologistes peut renaître en France pour aller chercher une cohabitation. J’appelle donc à cette union. »

Jean-Gérard Paumier, président du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire

Le président LR du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire Jean-Gérard Paumier a fait part de son sentiment à l’issue du scrutin. Il salue la victoire du chef de l’Etat sortant soulignant néanmoins un résultat « en demi-teinte » en raison du fort niveau d’abstention, de vote blanc et de vote nul. Il poursuit : « le quinquennat 2022-2027 s’ouvre  sous le signe d’un désenchantement   certain  et d’une morosité inquiète qui se sont manifestés durant la campagne électorale et les votes du 1er tour. Dans ces conditions, le Président réélu Emmanuel Macron devra, à mon avis, pour son 2ème et dernier mandat, privilégier l’ouverture, la concertation et la négociation avec les partenaires politiques, économique et sociaux, dans les réformes à venir et la conduite des affaires du pays, pour faire réussir la France. »

Christophe Bouchet, président du Parti Radical 37 :

« Le large rassemblement qui s’est formé autour d’un projet cohérent et ambitieux pour la France a porté ses fruits et le Parti Radical est heureux d’avoir pris toute sa part dans l’écriture des grandes lignes de force de ce programme.
Je souligne les bons résultats dans le département et notamment l’avance significative à Tours : Les Tourangeaux et les Tourangelles ne s’y sont pas trompés et ont placé le président sortant largement en tête. Tours est une ville modérée qui ne s’est pas laissé tenter par les extrêmes. Elle a choisi l’unité et l’ouverture plutôt qu’un repli sur soi. Chacun doit en tirer cet enseignement : la ville de Tours ne peut pas être menée par des idéologies extrémistes. »

Mohamed Moulay, conseiller régional PS

De son côté le conseiller régional PS Mohamed Moulay dit ceci sur Twitter : « Beaucoup ont utilisé le bulletin Emmanuel Macron pour un 3ème barrage contre l’extrême droite. Un soulagement. Restons humble face à la colère des Français. Il y a beaucoup à faire dans la rénovation politique et le rassemblement de la gauche pour une vraie alternative. Il y a urgence ! »

Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !