A la uneReportage-Société

Les soignants de ville face à l’épidémie du coronavirus

 

Depuis plus d’un mois maintenant, si le regard a été logiquement mis sur le personnel hospitalier, en première ligne face à la crise du coronavirus, c’est tout l’ensemble de la chaîne de soins qui s’est retrouvée chamboulée par l’épidémie. Nous avions déjà évoqué notamment l’impact chez les ambulanciers (à lire ici), mais les soignants de ville, médecins, infirmières ou aide-soignantes notamment, ont également du s’adapter. Reportage en images.


Première conséquence du confinement et de la mise en place de mesures barrières pour endiguer la propagation du coronavirus, les cabinets infirmiers ont fermé leurs portes au public depuis la mi-mars.


Malgré tout, les infirmières libérales continuent d’assurer leurs tournées malgré quelques réorganisations nécessaires afin de protéger les patients les plus vulnérables comme les personnes âgées ou celles avec différentes pathologies cardiaques, diabétiques, les patients immunodéprimés sous chimiothérapie ou encore les femmes enceintes…


Exposés mais faiblement équipés, au moins au début de l’épidémie, les soignants en tournée ont malgré tout adopté des mesures de protection et des équipements adaptés à la crise, y compris dans leurs véhicules de tournée.


La majorité des laboratoires ont fermé leurs portes également. Pour les infirmières, il est néanmoins possible de déposer des prélèvements sur certains sites ou de se réapprovisionner en matériel sur demande.


Toute cette organisation de gestion des soins traditionnels est ainsi essentielle afin d’éviter des catastrophes sanitaires supplémentaires.


A côté de ces soins classiques, la chaîne de soins de ville s’est également déployée pour lutter face au coronavirus. Ainsi, 11 centres Covid ont ouvert leurs portes en Indre-et-Loire, dont 8 sur le territoire de la Métropole, comme ici à Tours-Centre, dans les locaux du Médipole.


Ces espaces de consultation médicale temporaires ont été ouverts dans l’urgence, afin d’éviter un engorgement des cabinets de médecine.


Certains ont ouvert dans des gymnases comme ici au gymnase Choiseul à Tours-Nord, où 5 tentes d’accueil ont été installées.


Centre Covid-19 de Tours-Centre. Désinfection des lieux après le passage d’un patient.


Les centres Covid-19 regroupent une équipe de médecins, d’infirmiers, ou encore d’étudiants en médecine. Le nombre de personnes présentes évolue en fonction de l’affluence et du nombre de rendez-vous prévu.


Depuis le début de la semaine, plusieurs de ces centres ont fermé face à la baisse (voire l’absence) de fréquentation recensée les jours précédents. C’est le cas notamment à Saint-Pierre-des-Corps ou Saint-Avertin.


Consultation dans un centre Covid-19 à Tours, début avril 2020.


Reportage photos de Delphine Nivelet pour 37°

Print Friendly, PDF & Email