SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #236 – Laguerre est finie

 

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

« Nous sommes en guerre » répète à plusieurs reprises Emmanuel Macron. Ce soir-là, le chef de l’Etat veut absolument nous faire décrocher de notre soupe afin qu’on retienne bien les mots qu’il prononce en direct à la télévision.

« Nous sommes en guerre » est-on tenté de penser quand on apprend un vendredi soir qu’un homme s’est fait couper la tête en pleine rue alors qu’il rentrait chez lui.

« Nous sommes en guerre » se dit-on quand on voit que des internautes s’écharpent sans aucune mesure pour des sujets qui méritent le débat mais pas la violence… et qu’on ne sait plus comment les arrêter.

« Nous sommes en guerre » mais contre qui, ou contre quoi ? Est-ce qu’on n’aurait pas tendance à user un peu trop d’un tel vocabulaire qui tient de plus en plus du registre de l’émotion que de celui de la réalité ? Un conflit, une attaque ou une lutte ne font pas forcément une guerre même s’ils peuvent en être les déclencheurs ou les composantes. Où se trouve la frontière ? La guerre implique-t-elle forcément l’utilisation d’armes et des morts en cascade ?

Avec le temps le monde change et l’étymologie aussi. Traumatisé par deux grandes guerres mondiales, notre pays se rêve terre de paix tout en cultivant une culture de l’affrontement. La guerre c’est du passé mais elle imprègne notre présent. Comme pour l’enseigne de cette ancienne mercerie du petit village de Montrésor : Laguerre a fermé mais son souvenir reste intact. Salutaire car la mémoire est un appui solide face aux défis qui nous parviennent.

Print Friendly, PDF & Email