SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps, #209 : Sunset…

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Au premier regard, on distingue sans problème le Cher et la Loire. D’un côté l’Île Balzac, le Lac des Peupleraies, la rivière qui serpente… De l’autre le fleuve qui s’épanche et les grandes îles. Il faut froncer les sourcils pour apercevoir les ponts, les voies de garage de la gare SNCF de Saint-Pierre-des-Corps, le Grand Hall ou le magasin d’un grand marchand de meubles suédois.

Toute la ville est là, sous nos yeux. Et même une grande partie de l’agglomération. Au loin vers l’horizon La Riche, St Genouph et Saint-Etienne-de-Chigny… La Membrolle-sur-Choisille dans la brume ; Montlouis et Amboise à tribord. Le train d’atterrissage est sorti, bientôt le dernier virage et ces immeubles aussi petits qu’une miette de brioche reprendront leur taille réelle, imposante.

De là-haut tout parait à la fois si vaste et si petit, impressions accentuées par cette lueur du soir qui enveloppe petit à petit la Touraine. On pourrait contempler ce paysage pendant des heures, en flottant dans l’air pur et silencieux. Dans la vraie vie, cette vue se contemple avec le bruit assourdissant d’un moteur, au moins un bébé qui pleure, des toussotements et une musique un poil désagréable qui s’échappe d’écouteurs au volume réglé beaucoup trop fort pour maintenir durablement la quiétude en société.

Dans un monde idéal le coucher de soleil serait sacré, il aurait sa journée mondiale en plein été, le prendre en photo puis utiliser un filtre serait interdit. Ou alors, c’est peut-être parce qu’il est parfois si difficile à saisir dans toute sa pureté qu’on apprécie autant de le contempler. Que ces moments demeurent dans la mémoire. Demandez à qui vous voulez : on a tous un souvenir marquant impliquant un soleil rasant.


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici. Et si vous aimez cette chronique, retrouvez une compilation des plus belles proses de ses 3 premières années dans un livre paru chez les Éditions Sutton. En vente dans toutes les bonnes libraires 😉

Print Friendly, PDF & Email