• CDNT
  • CDNT

L’école du Petit Pommier cherche élèves pour peupler sa yourte

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Cela pourrait être la dernière année scolaire pour l’école du Petit Pommier à Fondettes. Faute d’inscriptions suffisantes pour la rentrée de septembre, cette école alternative reposant sur les principes de la pédagogie Steiner-Waldorf pourrait fermer les portes de sa salle de classe, enfin plutôt de sa yourte.

DSC_0123

Installée depuis 2013 dans le parc du château de Taillé à Fondettes, cette micro-structure qui peut accueillir 9 enfants a en effet pour seul cadre une yourte et la nature environnante. C’est une des nombreuses particularités de cette école « Hors Cadre » de l’Education Nationale qui accueille des enfants de 3 à 6 ans. « C’est une pédagogie bienveillante qui est en adéquation avec la nature » nous explique Elise Charbey, directrice de cette structure. « Il y a beaucoup d’activités extérieures qui varient et suivent les saisons ».

Avec comme principe fondamental que c’est « par le jeu libre et l’autonomie que l’on apprend », la classe gérée par Hakiko Hiraï, la maitresse (ou plutôt la jardinière d’enfants selon le vocable utilisé) formée pendant trois ans à la Fondation Steiner à Paris, ne ressemble pas vraiment à l’école classique. « Ici, chacun grandit à son rythme et selon ses désirs d’apprentissage. Les petits apprennent avec les grands et inversement aussi » nous raconte Elise Charbey. Selon les principes mis au point par Rudolf Steiner, qui ouvrit une première école reposant sur cette pédagogie en 1919 pour des enfants d’ouvriers de l’entreprise Waldorf à Stuttgart en Allemagne, l’école du Petit Pommier ne différencie pas les activités des enfants de 3 à 6 ans et tous se retrouvent ensemble dans la même classe. « Cela correspond au premier âge, celui du jardin d’enfants décrit par Rudolf Steiner. Un âge durant lequel, l’enfant est dans l’imitation et la répétition » nous explique-t-on et pendant lequel « le jeu libre, complété par une pratique artistique importante, permettent à l’enfant d’expérimenter des choses, pour qu’il se construise tout seul. »

DSC_0112

« Sans forcément que l’on s’en rende compte, chaque chose que fait un enfant est un apprentissage » explique la directrice, par ailleurs mère d’un des enfants de l’école. Oui car comme autre particularité, cette école est entièrement gérée par les parents. « C’est évidemment un engagement fort que d’inscrire ses enfants ici. Un engagement qui va avec une certaine vision de la vie ». Outre les 250 euros par mois à débourser, les parents s’occupent donc de la structure et préparent également à tour de rôle les repas collectifs. « Tout est géré par l’association de parents et on ne reçoit pas de subventions puisque l’école est hors contrat » précise Elise Charbey.

DSC_0116

Un engagement important comme contrepartie d’un idéal souhaité pour ses enfants qui a déjà séduit plusieurs dizaines de parents depuis 1991, année d’ouverture de cette école alors installée à Joué-lès-Tours sous le nom d’école du Petit Porteau, avant son déménagement à Fondettes en 2013. Certaines années des inscriptions ont même été refusées à cause d’un trop grand nombre d’enfants. Comment expliquer alors les difficultés actuelles ? Le tarif certainement mais aussi la concurrence avec l’ouverture depuis quelques années d’écoles reposant sur la pédagogie Montessori (une autre pédagogie alternative ayant des similitudes avec celle Steiner) à Tours.

Pour l’heure quatre enfants sont inscrits pour la rentrée 2015, il en faudrait quatre autres pour assurer la pérennité de l’école. Pour convaincre des parents d’y inscrire leurs enfants, des portes ouvertes sont d’ailleurs organisées le samedi 06 juin prochain.

> Le site de l’école : http://www.ecole-petitpommier.org/

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !