Education Nationale : une grève assez suivie mais une faible mobilisation dans la rue

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

200 manifestants à Tours pour 30 à 50 % des enseignants de collèges en grève en Indre-et-Loire selon les syndicats (un peu plus de 20 % selon l’Inspection Académique), la manifestation tourangelle n’aura pas mobilisé le corps enseignant face à une réforme pourtant largement décriée à en croire les syndicats.

IMG_5505

Les présents avaient en revanche beaucoup de griefs à faire entendre. Les principaux ? Les problèmes d’organisation liés à l’instauration des « enseignements pratiques interdisciplinaires » (EPI), les craintes sur la disparition du latin et du grec englobés par la réforme dans les EPI. Des EPI qui seront mis en place sur les horaires actuels d’autres matières au grand dam des enseignants concernés.

Les professeurs d’Allemand s’inquiètent également du devenir de leur matière avec l’abandon des classes bilangues (qui permettent d’apprendre deux langues vivantes, dès le début du collège. A la rentrée 2016, tous les élèves apprendront une 2e langue à partir de la 5e, au lieu de la 4e aujourd’hui). Des classes bilangues jugées comme élitistes par la ministre mais qui avaient jusqu’ici permis à cette matière de limiter la désaffection dont elle fait preuve.

IMG_5503

Un autre point de mécontentement chez les professeurs d’Histoire-Géographie, bien que pas directement lié à cette réforme : la refonte des programmes dévoilée en avril dernier. En cause, les choix effectués par le CSP (Conseil Supérieur des Programmes) entre les thèmes obligatoires du programme et ceux facultatifs, laissés aux choix des enseignants.

Enfin, dernier grief et pas des moindres : L’autonomie accrue des établissements. Ce point va à l’encontre de « l’égalité des chances comme valeur de la République » nous dira un manifestant tandis que pour sa voisine « plus aucun établissement ne fonctionnera de la même manière, cela va accentuer les inégalités ».

IMG_5500

Bref, les points de mécontentements sont nombreux. Il faudra cependant mobiliser un peu plus que ce mardi pour infléchir la position du gouvernement qui a rappelé vouloir aller au bout de cette réforme.

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Filbleu