Politique

Verbatim de meeting

Ce mercredi soir à l’Hôtel de Ville de Tours, tous les socialistes tourangeaux se sont donnés rendez-vous pour le meeting d’entre-deux tours de François Bonneau. Près de 500 personnes étaient venues soutenir celui qui était donné perdant il y a encore quelques jours. Toutes les personnalités locales du socialisme, mais aussi des Verts et des communistes avaient répondu présents. A côté des parlementaires installés au premier rang, la Ministre de la Santé, Marisol Touraine, est venue de Paris pour prodiguer les derniers soins avant une éventuelle victoire inattendue. Retour sur les « petites phrases » de la soirée.

DSCN0640

« Il y avait très longtemps que je n’avais pas vu une ambiance pareille à l’Hôtel de Ville pour un meeting socialiste ! » dit un ancien adjoint au maire de Jean Germain. Quelques minutes avant l’arrivée du président sortant, le sourire est sur toutes les lèvres dans une salle qui se remplit au fur et à mesure. Les jeunes élu(e)s socialistes sont revigoré(e)s. Selfies, photos, embrassades, petits câlins politiques sont les témoignages d’un soulagement depuis les résultats du premier tour. Alors, à l’arrivée sur une musique rythmée de leur leader régional, la claque et les cris sont plus importants que d’habitude…

« Pyrrhus et Machiavel ne doivent pas être en embuscade lundi matin après la victoire ! » (Nicolas Sansu)

Le premier à monter sur scène est le truculent maire de Vierzon « Front de Gauche », Nicolas Sansu. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce député-maire n’a pas fait le déplacement pour rien. Certainement déçu des résultats de son parti, moins de 5 %, au niveau régional, Nicolas Sansu a le soutien, à la gauche social-démocrate, revanchard : « La liste PS / EELV est la seule qui puisse battre le FN ! Je voudrai rendre hommage à Jean-Michel Bodin (ndlr : Vice président sortant PCF aux transports à la région Centre) qui a fait un travail sur le ferroviaire extraordinaire à la région… ». La salle applaudit, exulte. Et c’est là que Nicolas Sansu règle ses comptes : « Je salue Jean-Jacques Filleul (Sénateur d’Indre-et-Loire) (…) qui n’a pas applaudi à l’évocation de Jean-Michel Bodin ! »… Ah, le passif est lourd entre socialistes et communistes parfois. Et Nicolas Sansu de continuer son discours pour asséner un petit crochet du droit à la Ministre de la Santé : « Mme la Ministre, si on pouvait parler de la fermeture de l’hôpital de Vierzon… ». Ce soir-là entre la rose et le rouge sang, c’était l’amour vache. Et le maire de Vierzon de conclure : « Pyrrhus et Machiavel ne doivent pas être en embuscade lundi matin après la victoire ! ». Les socialistes et Verts sont avertis. Pourtant rien n’y fera, la gauche de la gauche n’aura plus voix au chapitre. Quelques minutes avant le meeting, le maire de Vierzon avait même menacé Jean-Patrick Gille de partir s’il ne pouvait pas parler des choses qui fâchent. Pourtant, Nicolas Sansu a soutenu dès le soir du premier tour la liste de François Bonneau. C’est la première fois que les élus communistes ne seront pas représentés à l’assemblée régionale… La fin d’une autre époque et d’une histoire.

« Il n’y a pas eu de désunion entre nous, il y a des différences et nous avons su composer avec ! » (Charles Fournier)

C’est au tour de Charles Fournier, tête de liste d’EELV de prendre la parole dans une salle qui attend beaucoup de ses déclarations. Le Vert s’adresse à celui qui vient de le précéder : « Tu vois Nicolas, il y a aussi beaucoup d’écologistes !!! ». La salle s’enflamme, il y a des cris et des hués et les drapeaux vert et tournesol sont brandis dans les travées du meeting. C’est un peu à celui qui aura la plus grosse… audience. Le Vert Fournier déclare la guerre au Bleu Marine : « le FN doit disparaître du paysage politique ! » (et les électeurs avec ?). Dans une prestance digne d’un bon leader politique, le n°3 sur la liste de gauche en Indre-et-Loire rappelle le premier tour des élections : « Il n’y a pas eu de désunion entre nous, il y a des différences et nous avons su composer avec ! ». Emballer, c’est peser. Pour la nième fois, les Verts viennent d’être recyclés dans la couleur rose pâle. Charles Fournier termine en lançant une dernière diatribe : « Le FN est simpliste et populiste. Son programme est parasite ! Le FN n’aime pas les femmes, les jeunes et les associations… ! ». La claque est grande. Les militants écologistes présents font plus de bruit que les sympathisants socialistes. François Bonneau est lui aussi averti. Il faudra composer avec des Verts plus à gauche que le gouvernement actuel.

 DSCN0660

« On devra s’interroger après les élections, sur ce qui a conduit les Français à voter pour le FN » (Marisol Touraine)

Marisol Touraine, au look très « Chanel », fait son entrée sur l’estrade. La Ministre de la Santé s’improvise maitresse d’école à la leçon bien écrite sur ses notes : « On doit faire gagner les valeurs de la République. On devra s’interroger après les élections, sur ce qui a conduit les français à voter pour le FN ». Une question qui se pose depuis 2002. Mais ça, c’est une autre histoire. Des youyous retentissent dans la salle quand la ministre revient sur « ce FN qui interdit dans ses villes des associations de danses orientales ». Puis vient le tour de la droite républicaine : «  Guillaume Peltier parle FN , pense FN… rêve FN !! ». Et de terminer par un tacle à Philippe Vigier, tête de liste régionale LR / UDI : « J’aurai aimé entendre Philippe Vigier nous dire que la gauche et le FN, ce n’est pas la même chose ». La salle applaudit « sa » ministre.

 DSCN0664

« Quelle est la différence entre Guillaume Peltier et Marine Le Pen ? » (JP Gille)

Vient l’heure du député de Tours, Jean-Patrick Gille. On voit chez le parlementaire, un visage marqué et fatigué. La fin de campagne est consommatrice d’énergie. Une victoire est peut-être au bout du chemin. Il se pose une question : « Quelle est la différence entre Guillaume Peltier et Marine Le Pen ? ». Habitué aux petites phrases sur Twitter, le député de Tours va dévisser sans le faire exprès. Venant de parler de Marine Le Pen, il continue son discours dans la foulée et cite la Ministre de la Santé qui vient de lui laisser la parole : « Et comme le disait Marisol Le Pen… ». La salle hue, rigole… Le malaise se lit sur le visage de celui qui vient de faire un lapsus qui a largement dépassé l’esprit de son orateur. La Ministre de la Santé ne pipe mot, préférant continuer regarder ses messages sur son smartphone. Il est temps que cette campagne se termine. Jean-Patrick Gille est gêné. Personne ne lui en tiendra rigueur, pas même la première intéressée.

C’est enfin au tour de François Bonneau de prendre la parole. Celui qui était donné perdant il y a quelques semaines, est aux portes à nouveau d’une victoire. Mais rien n’est acquis et F. Bonneau le sait bien : « Je souffre de voir notre région voter à plus de 30 % pour le FN ». Le président sortant s’attaque au leader de la droite forte chez les Républicains : « Guillaume Peltier est funeste ! L’union du Modem avec la droite extrême, ce n’est plus acceptable ! ».

 DSCN0669

Comment l’électeur FN du premier tour va se comporter ?

Ce mercredi soir à Tours, la gauche retrouvait un nouveau souffle mais pas encore une nouvelle vie. Le chemin est encore long pour une recomposition de la gauche qui joue malgré tout le grand écart, elle aussi. Pourtant, l’électeur régional pourrait lui donner à nouveau quitus. La droite républicaine n’est pas hors jeu non plus mais son réservoir de voix semble beaucoup plus mince. Reste une question. Et non des moindres. Comment l’électeur FN du premier tour va se comporter ? Son vote d’adhésion du premier tour validera-t-il la volonté des électeurs de tester une gouvernance de la région par une équipe au maillot Bleu Marine. Réponse dimanche.

DSCN0648     Crédits photos : Arnaud Roy pour 37°

Print Friendly, PDF & Email