Politique

Les deux pourraient faire la paire…

Il se murmure que Céline Ballesteros, l’adjointe de Serge Babary aux Commerces, pourrait faire tandem avec le nouveau délégué des Républicains de Tours, Jérôme Tebladi. Dans un peu moins de 15 mois, juste après les élections présidentielles à l’issue incertaine, auront lieu les élections législatives censées donner une majorité au nouveau président élu.

Les manœuvres ont déjà commencé pour savoir qui aura l’investiture future pour les Législatives de 2017. A Tours, certains à droite se verraient bien ravir le siège du député socialiste sortant Jean-Patrick Gille. Des noms et des ambitions circulent… Notamment, celui de Céline Ballesteros, adjointe au maire de Tours et Vice-Présidente en charge de la culture au Conseil Départemental d’Indre-et-Loire. Pour l’accompagner dans cette aventure parlementaire, le choix de la quadra se serait porté sur un conseiller municipal qui a pris du galon chez « Les Républicains », Jérôme Tebaldi. Les deux s’entendent bien surtout quand il s’agit de faire barrage à d’autres ambitions.

Au jeu du « c’est moi qui ait le vent en poupe », Céline Ballesteros tient la corde

Françoise Amiot ne cache pas son envie d’y aller. Pour l’adjointe aux Finances de Serge Babary qui n’a pas été entendue lors des élections départementales et régionales, une investiture pourrait être un remerciement pour service rendu. Il est vrai que Françoise Amiot ne compte pas ses heures comme adjointe auprès du maire de Tours. Et puis à droite, chez « Les Républicains », il faut des femmes, beaucoup de femmes pour éviter les lourdes amendes si la parité n’est pas remplie en juin 2017. Au jeu du « c’est moi qui ait le vent en poupe », Céline Ballesteros tient la corde.

D’ici les choses peuvent bouger, changer voire muter. Rien n’est jamais inscrit dans le marbre. Surtout quand l’UDI pourrait aussi avoir son propre candidat dans la 1ère circonscription en la personne de Christophe Bouchet qui laisse planer le doute. S’il l’on s’attache aussi aux projections des résultats des dernières échéances électorales, il se pourrait qu’à Tours, le deuxième tour des élections législatives se joue à trois avec un FN qui ne cesse de monter. Une aubaine, bien sûr, pour le sortant Jean-Patrick Gille.

Print Friendly, PDF & Email