Culture

Terres du Son : Après la pluie, le beau temps #tds2017

Retour sur la journée de clôture de ce festival Terres du Son 2017

Les organisateurs de Terres du Son redoutaient ce dimanche. Point de finale de foot à l’horizon cette année mais des orages annoncés sur la Touraine. Vers 16h, la crainte se justifia un peu plus face aux nuages sombres s’approchant de la plaine de Candé. Et si Poppa Chuby et ses belles reprises de Jimmy Hendrix passa au travers, la pluie n’épargna pas la plaine de Candé en tombant de plus en plus abondamment pendant deux heures.

IMG_4338

Du côté des festivaliers on prenait la chose bon gré, mal gré. Ponchos et autres K-Ways de sortie, les irréductibles fans rendaient grâce à Inna de Yard, projet regroupant plusieurs figures du reggae jamaïcain ( Ken Boothe, Cedric Mython des Congos, Kush & Winston McAnuff…), qui ont joué sous une pluie battante en tentant d’apporter un peu de soleil avec leur musique.

IMG_4787

D’autres préféraient profiter de loin en se réfugiant sous les chapiteaux ou dans des endroits plus improbables.

IMG_4359

En parlant de chapiteaux, notons d’ailleurs le concert d’Isaac Delusion, que beaucoup avaient coché sur leur agenda et qui a rempli du coup le Chapito pour ce qui restera un des bons moments de l’après-midi sur cette scène qui verra quelques heures plus tard débarquer la tornade Polo & Pan qui emmena avec leur électro exotique l’imaginaire d’un chapito une nouvelle fois bondé vers des îles paradisiaques.

IMG_4395

Imany reine de la Prairie

Que dire du concert d’Imany, revenue en Terres du Son après un premier passage (sous la pluie déjà) en 2012 ? Cette fois-ci c’est en nouvelle reine de la scène française que la chanteuse est montée sur la scène Gingko. Et alors que la pluie se clairsemait, Imany a pu laisser admirer toute la beauté de sa voix chaleureuse et envoutante qu’elle met au service de textes engagés et réfléchis sur la société, sa vision du monde… le tout sur fond de musique oscillant entre soul, blues et folk. Un instant de plaisir conclut magistralement par son tube « Clap your hands » dans une communion totale avec le public.

IMG_4363

Imany ayant définitivement chassé la pluie, la soirée pouvait se dérouler sereinement et le public (ré)investir la prairie. Et si les organisateurs avaient pu avoir des doutes jusque tard dans l’après-midi sur l’affluence du jour, ceux-ci furent levés en début de soirée avec en prime une journée record pour cette édition 2017 (10 500 spectateurs vendredi, 12000 samedi et 13 500 dimanche).

IMG_4366

Un air de Famille : un plaisant retour en arrière.

Autant l’avouer, on trouvait jusqu’à présent cette édition Terres du Son un peu trop lisse et convenue, un peu. Et puis les Hurlements de Léo et Les Ogres de Barback ont débarqué avec leur projet Un Air deux Familles réactivé cette année pour fêter ses vingt ans. L’occasion d’une bonne cure de jouvence pour certains et l’occasion de se lâcher pour d’autres au rythme des paroles engagées de cette formation symbolique d’une génération de groupes alliant chanson française métissée et un esprit contestataire.

IMG_4910

Fin de soirée électro avec Petit Biscuit et Mome

Nouvelle star de l’électro grâce aux internautes, Petit Biscuit a débarqué sur la scène Biloba face à un public complètement acquis à sa cause. Du haut de ses 17 ans, Petit Biscuit prend du plaisir et cela se ressent. Le set proposé est à l’image de ce qu’on a pu entendre de lui, mélange de morceaux planants et d’autres plus énergiques, le tout avec un travail graphique visuel léché. Bon pour tout vous dire, de notre côté, cela nous a fortement fait penser à Fakear sur cette même scène il y a quelques années, l’aspect répétitif en plus.

L’honneur de conclure les concerts sur les grandes scènes revenait enfin à Mome. Ce dernier a parfaitement réussi sa mission en emmenant avec brio le public dans son univers fait d’électro colorée. De quoi conclure brillamment ce Terres du Son 2017.

IMG_5007

Crédits photos : Christelle Bernard / Mathieu Giua

Print Friendly, PDF & Email