Culture

«C’est pas connu, mais c’est vachement bien (ET ça passe à Tours)» : Peter Von Poehl le vendredi 3 février 2017 à l’Intime Festival de Saint-Avertin

On va bien souvent voir en concert des groupes et des chanteurs qu’on connaît depuis longtemps ou dont on a beaucoup entendu parler à la télé et à la radio. Et si pour une fois, on allait découvrir directement quelqu’un qu’on ne connaît pas sur une scène tourangelle ?

La programmation musicale locale est très riche et diversifiée et on passe bien souvent à côté de belles découvertes. Nous vous proposons notre sélection furieusement subjective, avec un zoom de temps en temps sur un groupe/artiste qui va passer par ici dans peu de temps. »

Peter Von Poehl le vendredi 3 février 2017 à l’Intime Festival de Saint-Avertin

A Saint-Avertin on sait fêter dignement les anniversaires. Pour preuve : c’est un peu plus de 10 ans après la sortie de son premier album chez Tôt ou Tard (et de son «tube» énorme «The Story of the Impossible») que Peter Van Poehl est invité à se produire à l’Intime Festival. Et croyez-nous que dans le genre «intime», l’univers de ce Suédois francophile se pose là.

1701-Peter Von Poehl ©Franck Loriou

Deux ans après le très beau concert de Jay Jay Johanson, l’équipe du Nouvel Atrium nous refait donc le coup du «mélancolique venu du nord», capable dans un même mouvement gracieux de simultanément glacer l’ambiance par ses mélodies et la réchauffer par sa présence, sa guitare et sa voix.

Même si on n’a pas eu le droit à un «vrai album» du bonhomme depuis l’étonnant «Big Issues Printed Small» en 2013, Peter Von Poehl a livré des bandes originales somptueuses en 2015 et 2016, dans lesquelles son sens de la composition et sa maîtrise instrumentale prennent une ampleur hallucinante.

Bien connu depuis longtemps par les amateurs d’AS Dragon et toutes celles et ceux qui suivent de près ou de loin le parcours de Bertrand Burgalat et de son label Tricatel, Peter Von Poehl reste encore peu connu du grand public malgré de remarquables collaborations avec Alain Chamfort, Lio ou encore Vincent Delerm. L’Intime Festival offre une belle occasion de faire connaissance avec une perle rare qui opère dans trois mondes aussi subtiles que différents : le cinéma indépendant, les coulisses de la chanson française et le sien, de loin, le plus imprévisible.

Un degré en plus

> Concert avec Rover et les Tourangeaux Eddy Kaiser Band, le vendredi 3 février à 20h30 au Nouvel Atrium de Saint-Avertin, places de 10 à 16 €

crédit photo : @Franck Lorioux

 

Print Friendly, PDF & Email