ChroniquesChroniques-Société

[La Bouteille du week-end] Saint-Nicolas de Bourgueil 2016, Les Quarterons, Agnès et Xavier Amirault

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

A Saint-Nicolas de Bourgueil, tout va bien ! La notoriété est bonne, les vins se vendent sans difficulté, et la santé économique des exploitations s’en ressent. Les vignerons n’ont finalement qu’un seul problème : ils en ont marre, plus que marre, qu’on résume leur travail à « des petits vins légers qui vont aussi bien avec le poisson qu’avec la viande ».

Et de fait, si les vins frais, légers et gouleyants symbolisent parfaitement cette appellation, on sait aussi, à Saint-Nicolas, donner du corps, de la structure et de la matière à ses vins ! C’est le cas de la cuvée « Les Quarterons » 2016 que j’ai dégustée cette semaine.

La jolie robe éclatante, d’un rouge profond, est plutôt engageante.

Le premier nez est un peu austère. Si l’on devine des arômes de fruits rouges, on perçoit aussi des notes de tabac et une légère note fumée.

Pas d’hésitation à avoir : il faut carafer le vin. C’est toujours le cas quand le premier nez semble austère, et c’est souvent le cas pour les vins, comme celui-ci, cultivés et vinifiés en biodynamie.

Après aération du vin, le nez est nettement plus gourmand ! Ça sent le clafoutis tout juste sorti du four !

En bouche, on est séduit par le bel équilibre entre les arômes de fruits, de cerises bien mûres et de prunes, et quelques notes épicées de réglisse. Il y a peut-être même un soupçon de notes florales qui donnent une dimension plus complexe à l’ensemble.

Cette cuvée, issues de vieilles vignes cultivées sur un sol de graviers, ne manque pas de richesse tannique. Certainement en raison de l’âge des vignes qui permet de concentrer le vin, peut-être aussi en raison de la présence d’argile en sous-sol. Les tannins, bien mûrs, sont soyeux et veloutés et apportent une belle présence en bouche.

Le vin ne manque pas non plus de persistance aromatique : après l’avoir avalé, on reste longtemps sur le souvenir de la cerise.

J’en mettrais volontiers quelques bouteilles en cave en prévision des fêtes de fin d’année. Pas pour les réveillons car le vin n’a pas cette prétention là. Mais pour les lendemains de fête : je suis prêt à parier que sur les restes de dinde froide il doit être incroyablement revigorant !

Saint-Nicolas de Bourgueil 2016, Les Quarterons, Agnès et Xavier Amirault

Le Clos des Quarterons

46, avenue Saint Vincent

37 140 St Nicolas de Bourgueil

Tél. : 02 47 97 75 25

http://www.domaineamirault.com

Sur Facebook : https://www.facebook.com/closdesquarterons

* Retrouvez Agnès et Xavier Amirault, et plein d’autres vignerons bio tourangeaux au Salon Biotyfoule, samedi 24 et dimanche 25 novembre à l’hôtel de ville de Tours.

* 11,00 € aux Belles Caves
Les Halles
37 000 Tours

http://lesbellescaves.fr

Sur Facebook : https://www.facebook.com/bellescaves.tourshalles.9

Print Friendly, PDF & Email