ChroniquesChroniques-Culture

[Cinéma] Regards #54 Je vais mieux

Dans Regards, retrouvez l’avis de Stéphanie Joye sur quelques films à l’affiche dans les cinémas tourangeaux. Histoire de vous donner envie, à votre tour, d’aller passer un moment dans les salles obscures.


Je vais mieux (Comédie française)

De Jean-Pierre Améris

Avec Eric Elmosnino, Judith El Zein, François Berléand, Alice Pol, Ary Abyttan, Henri Guybet …

Un architecte quinqua frustré se met excessivement en avant sous couverture de son atroce mal de dos persistant, dont il fait cas au point de remuer ses situations de couple, de travail, de parentalité et d’amitié, gauchement mais finalement assez efficacement.

Jean-Pierre Améris adapte le roman de David Foenkinos (datant de 2013) au titre éponyme. Le récit du cinéaste est trop lisse, sans grain de folie. Cette sympathique comédie légère, un brin sourde, manque ainsi de rythme et nous ennuie à force de tiédeur et de sagesse assumées. Même si les acteurs sont tous très bons (Eric Elmosnino – « Gainsbourg, vie héroïque » – dans le rôle phare égocentrique, Judith El Zein – « Le prénom » – en épouse clairvoyante et charismatique , François Berléand – aux innombrables et excellents rôles ! – en pdg pataud ultra-flexible, Alice Pol – « Maryline » – en amoureuse craquante, Ary Abyttan en ami obnubilé par la dentisterie, et tous les seconds rôles, impeccables), les scènes sont rebattues, parfois caricaturales, excessives, et tout le potentiel présent n’est à coup sûr pas assez exploité. Pas de bien grande originalité donc. Il s’agit surtout d’une fidélité au roman, non dénuée d’une certaine poésie charmante, rêveuse, et presque mélancolique, qui se mêle à de petites touches cocasses et inventives. Il y a bien des situations drôles, mais les dialogues ne font pas toujours mouche et nous laissent sur notre faim. Avant son second opus déjà léger mais tendrement réjouissant (Une famille à louer, avec Benoît Poelvoorde et Virginie Efira), on se retrouve surtout loin du formidable premier film de Jean-Pierre Améris, Les émotifs anonymes (toujours avec Benoît Poelvoorde, ainsi qu’avec Isabelle Carré), fine comédie douce-amère alliant le piquant à la sensibilité, l’humour à l’empathie, et la drôlerie à la sincérité touchante. Je vais mieux sied donc moins bien, mais bon, il ne s’en sort, quand même, pas si mal.

(NB : le réalisateur aurait pu se passer de faire placarder une telle affiche de film – on n’est pas loin du plagiat -, dont la création n’est pas sans évoquer, typographiquement comme picturalement, celle des Woody Allen …)

Un film à l’affiche aux Cinémas Studio (Toutes les informations utiles sur leur site internet) et aussi dans les cinémas CGR de l’agglomération (toutes les informations utiles sur leur site internet).

Print Friendly, PDF & Email