Tours Métropole : un débat quasi philosophique sur la culture

Facebook
Twitter
Email

L’agglomération de Tours doit-elle mobiliser plus de moyens pour la culture ? Cette question était au centre d’un vaste et intéressant débat lundi 28 mars, en marge de l’examen du budget 2022 de la collectivité. Alors que la Métropole se cherche encore une réelle identité 5 ans après sa création, le sujet permet à la fois de s’interroger sur le rôle précis de l’intercommunalité ainsi que sur ses relations avec les communes membres.

« Ce budget est surtout comptable et manque de stratégie » : l’attaque vient du Chambraisien Didier Vallée qui s’exprime en fin de débat budgétaire. Le président de l’agglo Frédéric Augis a beau répondre que le projet métropolitain sera présenté et voté en juin, ce délai semble bien trop long pour certains, puisqu’il va intervenir plus de 5 ans après l’évolution de l’intercommunalité et près d’un an après l’arrivée à la présidence du maire de Joué-lès-Tours. C’est un fait, la Métropole se cherche encore. Manque de concorde ce qui l’empêche d’avancer sur les grands projets comme la 2e ligne de tram. Et s’interroge aussi sur ses compétences réelles.

A la base, l’agglomération gère les déchets, les transports, la distribution de l’eau, l’assainissement, le crématorium, les routes, les équipements sportifs, la politique économique… A l’instar d’autres organismes comme le Conseil Départemental ou le Conseil Régional, elle abreuve aussi ses communes membres de différentes subventions pour financer leurs projets. Mais jusqu’où doit-elle aller ? C’est en substance la question soulevée lundi soir par Christophe Dupin.

Adjoint au maire de Tours chargé de la culture, l’écologiste a estimé qu’une enveloppe de 245 000€ allouée aux équipements culturels c’était beaucoup trop faible : « A titre d’exemple c’est 10 fois plus pour le sport et c’est révélateur d’un certain malaise. » L’élu s’inquiète ainsi que sa municipalité a pas moins de 429 000€ à trouver pour assurer le fonctionnement du Musée des Beaux-Arts et du Conservatoire, conséquence de la réduction de crédits métropolitain. Il s’émeut en prime que la ville subventionne des compagnies d’artistes installées dans des équipements hors de son territoire que sont le 37e Parallèle (Mettray) et Le Point Haut (Saint-Pierre-des-Corps, avec une enveloppe de 60 000€ pour ce dernier lieu).

La Métropole en fait-elle assez ?

« L’art comme le sport sont des activités qui créent du ciment entre nous. La jeunesse en a absolument besoin et on a besoin que la Métropole investisse dans ces lieux » plaide Christophe Dupin qui craint – à terme – de manquer de fonds pour financer, par exemple, l’accueil de classes au Musée des Beaux-Arts. Il appelle donc à l’ouverture d’une commission spéciale pour « réfléchir à une stratégie pluriannuelle sur les équipements culturels pour parler investissements, tarifs, fonctionnement ou attraction touristique. » L’exécutif de l’agglomération n’a pas semblé hostile à l’idée de discuter mais le vice-président en charge de la culture Cédric de Oliveira n’a pas du tout la même analyse que son collègue :

« Dans le précédent mandat nous avons investi 40 millions d’€ dans les équipements, c’est du jamais vu. Il n’y a pas d’autre Métropole qui a fait autant en un mandat. Je ne connais pas beaucoup de Métropoles qui versent 4€75 par habitant aux communes pour financer des actions culturelles. Cette enveloppe est une chance. Ce que vous demandez c’est d’absorber les équipements culturels de Tours. C’est un débat qui ne fait que commencer et il faudra convaincre les 87 élus car ce n’est pas le cas ailleurs. »

« Vous parlez du passé et moi je parle du futur » à rétorqué Christophe Dupin. « Nous devons travailler à une stratégie ensemble. Il n’est pas question d’absorber tous les équipements mais peut-être quelques-uns comme ça s’est fait à Toulouse ou Bordeaux. Certains conservatoires sont devenus métropolitains où il y a eu des mises en réseau entre différents lieux. Si on veut avoir la dimension d’une Métropole il faut aussi que ça se fasse au niveau des équipements culturels. » « Si toutes les communes demandent ça, Christian Gatard – en charge du budget, ndlr – va être sous Lexomil à toutes les séances » a ironisé Cédric de Oliveira. Le même Christian Gatard qui a tenu à rappeler que la Métropole avait pris en charge des frais de fonctionnement d’équipements neufs comme la Médiathèque de Tours-Nord dans ses premières années, « même quand il y a eu des augmentations de postes. »

La culture, un atout pour attirer les entreprises ?

Derrière le petit jeu politicien majorité-opposition se pose donc une question quasi philosophique sur le rôle de l’institution qui a des actions culturelles sans en avoir la compétence principale, créant de fait un certain millefeuille qui peut dérouter. Mais donner le ton, la direction principale d’une politique tout en laissant une marge de manœuvre aux communes, n’est-ce pas le rôle même d’une agglomération ? « Quand on veut attirer des entreprises on leur propose un cadre de vie et des propositions culturelles. C’est la 2e recherche des futurs habitants avec les lycées » assure l’élue de Tours Mélanie Fortier pas loin d’être d’accord avec Christophe Dupin même si ils n’appartiennent pas au même groupe..

Le principal argument en faveur de cette évolution de politique métropolitaine réside dans le fait que de nombreux équipements sont utilisés par une population qui ne vient pas uniquement de la ville où il est installé. Ce n’est pas la première fois que le passage d’institution culturelles sous giron métropolitain est évoqué. Il y a quelques temps, le sujet avait déjà été mis sur la table pour stabiliser l’avenir de l’Opéra de Tours. Et puis il faut rappeler que la Métropole gère aussi des sites comme Le Temps Machine de Joué. Où est le juste équilibre ?

Un degré en plus :

Les principaux chiffres du budget 2022 de Tours Métropole : il est de quasiment 370 millions d’€ avec 231,8 millions d’€ de recettes envisagées, dont 1,9 million d’€ pour la nouvelle taxe GEMAPI qui vise à prévenir les inondations. Les dotations de l’Etat sont également en augmentation. En revanche cette année la contribution pour le ramassage des déchets n’évolue pas. Tours Métropole prévoit d’investir 120 millions d’€ (mais on a vu plus haut que cette somme ne sera sans doute pas dépensée en entier, sans doute de l’ordre de 90 millions d’€). 5 millions d’€ sont prévus pour le réaménagement du parvis de la gare de Saint-Pierre-des-Corps, 6,9 millions d’€ iront au soutien économique dont le tiers pour la Cité de la Création et de l’Innovation.

Autres enveloppes : 1,4 million d’€ pour le tourisme à vélo, 1,5 million d’€ pour le réseau fibre optique de la 2e ligne de tram (et au total 6,6 millions d’€ pour ce projet). 5 millions d’€ sont prévus pour refaire des routes ou des ronds-points, 1,6 million d’€ pour l’aéroport, 3,5 millions d’€ pour la transition écologique, 7,3 millions d’€ pour les équipements culturels et sportifs.

Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !