A la uneSociété

Reprise en douceur pour les commerces tourangeaux

« Quand le commerce va tout va » dit un dicton qui peut s’appliquer à autant de secteurs économiques qu’il en existe. Oui mais à Tours et dans l’agglomération, le commerce représente malgré tout un pan important de l’économie. Rien que sur Tours, le commerce c’est environ 10 000 emplois, autant dire qu’après deux mois de fermeture imposée, le déconfinement allait être non seulement attendu mais également regardé de près, tout du moins sur le prisme de la reprise économique… Petit tour ces deux derniers jours à Tours, Saint-Pierre-des-Corps ou encore Chambray-lès Tours…

Rue Nationale, la reine des rues de Tours depuis les écrits de Balzac la vie reprend son cours petit à petit. Que ce soit lundi ou mardi, la foule n’était pas autant au rendez-vous que l’on pouvait le craindre. Devant certaines boutiques, la queue était bien présente sur les trottoirs, mais dans l’immense majorité en respectant les barrières et les distances matérialisées par les commerçants devant leurs vitrines afin de se mettre au diapason des préconisations (voire impératifs) sanitaires pour pouvoir retrouver une activité professionnelle, les clients attendant leur tour se comptent malgré tout au pire (ou au mieux c’est selon) sur les dix doigts des mains.

Dans la ville, la vie semble pourtant avoir repris son cours normal, en témoignent les flux de voitures sans cesse sur les boulevards Heurteloup et Béranger. Un flux régulier et constant, signe de la vie qui a repris, éclipsant les sons et chants d’oiseaux qui faisaient belle figure il y a encore quelques jours, à l’abri de la vie humaine habituelle.

Le Gouvernement a beau avoir essayé de faire passer le message comme quoi il fallait maintenir une activité minimum à l’extérieur, c’est une impression faussée de liberté que nous témoignent les passants à qui nous nous sommes adressés. Un sentiment bien accompagné il faut le dire par des messages officiels contradictoires et confortant parfois ce signal d’une libération… Maladresse pour certains, irresponsabilité pour d’autres…

Aux Atlantes à Saint-Pierre-des-Corps, plus grand centre commercial de la région, ce lundi c’est surtout la queue devant l’entrée de l’hypermarché et des opticiens. Du monde chez les coiffeurs, également, devenus symboles presque malgré eux de ce déconfinement La boulangerie a rouvert. Quelques signes montrent que tout n’est pas redevenu tout à fait comme avant : L’aire de jeux extérieure du centre commerciale est condamnée, il y a des distributeurs de gel hydroalcoolique, la plupart des personnes sont masquées… En y regardant de plus près, on se rend compte que le silence règne et que finalement il n’y a pas beaucoup de monde qui arpente les allées. La plupart des boutiques de vêtements sont désertes et les stickers en place à l’extérieur pour patienter et éviter une suroccupation des rayons ne servent pas encore. Souvent, les magasins ont mis en place un sens de circulation précis pour que les clients ne se croisent pas. Sur le parking, un peu plus de voitures que pendant le confinement mais moins qu’un après-midi normal en semaine. Et certains rideaux sont encore baissés. Cela va de même dans le centre de Tours, plusieurs commerces restent fermés y compris rue Nationale.

A quelques kilomètres plus au sud, il est 18h dans la zone commerciale de Chambray ce mardi 12 mai. Le flux de voitures est continu tout au long de l’ex RN-10, un signe que les activités ont repris malgré tout.

A l’entrée de Ma Petite Madelaine, le centre commercial du sud de Chambray, les abords paraissent quasiment aussi pleins qu’ils ne le sont un jour en semaine classique à cette heure. Dans les allées extérieures, pas de queues sans fin à l’entrée des boutiques mais des clients réguliers entrant ou sortant sacs de courses à la main. La vie d’après se mesure aussi au retour de la consommation, même encore modeste et ce quoiqu’on en dise ou pense…

Print Friendly, PDF & Email