Le maire de La Riche, Wilfried Schwartz, condamné en appel

Facebook
Twitter
Email

[MAJ le 22/09] Dans un communiqué émanant du cabinet du maire de La Riche nous apprenons que Wilfried Schwartz ira devant la cour de cassation : « Après échanges auprès des adjoints et de l’équipe municipale ce mercredi 21 septembre, Wilfried SCHWARTZ, Maire de La Riche, a décidé d’utiliser la voie de recours à laquelle il a droit et de se pourvoir en cassation. Cette décision fait suite au jugement rendu le 20 septembre dernier par la Cour d’appel d’Orléans. »

—————————–

Suite mais peut-être pas fin de l’affaire Wilfried Schwartz. Ce dernier, maire de La Riche, vice-président de Tours Métropole en charge des mobilités et conseiller départemental, a été condamné par la cour d’appel d’Orléans à six mois d’inéligibilité et 3000 euros d’amende. Il a désormais 5 jours pour se pourvoir en cassation, sous peine de devoir démissionner de tous ses mandats.

Est-ce la fin politique de Wilfried Schwartz ? Celui qui était l’homme fort de la Métropole en tant que président de l’intercommunalité entre 2020 et 2021, semble perdre gros. Après sa condamnation en première instance par le tribunal de Tours, la cour d’appel d’Orléans a en effet confirmé ce mardi 20 septembre 2022, le jugement en première instance au cours duquel le maire de La Riche avait été condamné pour l’affaire de la gifle émise à l’encontre de son ancien directeur de cabinet à la Métropole, Albin Herbette.

Si Wilfried Schwartz a toujours nié les faits, l’arrêt de la cour d’appel (que nous nous sommes procurés) qui revient sur les éléments de l’enquête avec différents témoignages d’agents et collaborateurs au sein de l’institution, se montre plutôt accablant envers l’élu :

« A la lumière de l’ensemble de ces témoignages, la violence commise par M.Schwartz à l’égard de M. Herbette se révèle comme la manifestation paroxystique d’un excès d’impétuosité de la part du premier, source de mal-être pour nombre de fonctionnaires ayant travaillé sous ses ordres. »

« L’attitude de M.Schwartz après les faits commis apparaît comme problématique. Au-delà d’assumer son geste, la négation publique de celui-ci devant les médias locaux au mépris du vécu de M.Herbette et ses sollicitations auprès de l’entourage de ce dernier dès le lendemain des faits en vue d’obtenir le retrait de sa plainte, témoignent ainsi que le souligne le premier juge, d’une perte du sens des responsabilités censé guider un élu. »

« Cette attitude révèle également une forme de toute puissance dans laquelle M.Schwartz se situait quelques jours seulement après les faits, celui-ci ayant manifestement perdu de vue la gravité d’un tel geste commis dans l’exercice de ses fonctions d’élu. »

Extraits de l’arrêt de la cour correctionnelle d’appel d’Orléans

A La Riche, la suite déjà préparée ?

Wilfried Schwartz peut encore laver son honneur néanmoins, en se pourvoyant en cassation, ce qui aurait comme conséquence de suspendre la décision de la cour d’appel (l’affaire étant jugée au pénal et non au civil). De quoi lui laisser un sursis mais de prendre le risque de se voir condamner une troisième fois pour une affaire qui quoiqu’il arrive restera difficile à faire oublier. Selon plusieurs sources en off, le maire de La Riche aurait signifié ce mardi après-midi son intention d’aller devant la Cour de cassation. Son avocat, se contentant de son côté de dire que la réflexion était en cours. Pourtant, la veille, en public lors d’une conférence de presse sur la 2e ligne de tramway, l’élu avait sur le ton de la plaisanterie, présenté son actuel premier adjoint, Filipe Ferreira-Pousos, comme son successeur. Dans la commune larichoise, en off, plusieurs sources proches de l’Hôtel de Ville évoquent une succession déjà préparée en cas de condamnation définitive de l’actuel premier édile…

photo à la Une : W.Schwartz et son avocat à l’été 2021

Facebook
Twitter
Email
Agenda

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Agenda
Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !