L’offensive des mouvements anti-IVG à Tours

Les mouvements anti-IVG ne chôment pas ces derniers temps en Touraine. Après une campagne de tracts dans les boîtes aux lettres qui a duré plusieurs mois, les mouvements auto-décrits comme « Pro-Vie » sont passés à l’affichage en ville.

11140316_10153932769068184_7264525860398056219_nAffichage anti-IVG à Tours ce dimanche

Dans le quartier de Beaujardin à Tours, les habitants ont découvert ce week-end sur les zones d’affichage libre, plusieurs affiches anti-IVG. Des affiches volontairement trompeuses, reprenant scrupuleusement la charte graphique utilisée par le site du gouvernement IVG.gouv informant sur l’avortement en France. Des affiches collées là sans hasard, ce dimanche aurait dû en effet se tenir la traditionnelle « Marche pour la vie » organisée chaque année à Paris par les mouvements anti-IVG. Une marche finalement annulée pour cause d’Etat d’Urgence. En lieu et place c’est un pélerinage organisé par « La Famille Missionnaire de Notre-Dame » auquel étaient invités les manifestants pour une « messe à la Basilique Notre-Dame du Perpétuel Secours , en réparation pour le péché de l’avortement ». Souhaitant se faire voir et entendre, un peu partout en France, les militants anti-IVG ont profité du symbole de la date pour mettre des affiches dans les villes.

Des affiches à la charte graphique trompeuse donc et qui utilisent un procédé guère nouveau pour ces mouvements, déjà habitués sur internet à utiliser des sites lisses se prétendant sobrement comme informatifs sur l’IVG en France et mettant en avant des numéros verts de conseils. Finie l’époque des commandos anti-IVG, les mouvements luttant contre l’avortement ont adopté depuis des années une communication plus insidieuse mais d’autant plus dangereuse. Hors de question d’afficher frontalement un discours anti-IVG, les mouvements « pro-vie » préfèrent évoquer « le droit à la vie », le fait de venir en aide aux femmes par l’écoute et mieux les convaincre en jouant sur l’affectif, l’émotion, les craintes ou les peurs, de la nécessité de ne pas avorter (lire ainsi cet article publié sur le site Madmoizelle). Avec une communication bien rôdée et un référencement efficace leur permettant d’être en tête des recherches quand on tape « IVG » sur Google, ces mouvements réussissent à diffuser leur propagande à large échelle. Tellement efficace qu’il y a quelques semaines, la ministre de la Santé, Marisol Touraine avait même appelé en personne les internautes à cliquer sur le site officiel du gouvernement pour le faire remonter dans les moteurs de recherche. En vain, à ce jour ce sont toujours les sites anti-IVG comme ivg.net qui sont en tête du moteur de recherche.

Un vrai problème tant la communication pernicieuse des anti-IVG tient de la désinformation tout en paraissant officielle pour celles et ceux qui n’y prêtent pas attention. Dans l’exemple des affiches collées à Beaujardin on retrouve ainsi tous les éléments graphiques faisant croire à une affiche officielle. Quand à l’image en elle même, elle montre un foetus déjà formé soit disant à 3 semaines du terme de la grossesse afin de jouer sur le choc de l’image. Pourtant en France, l’avortement n’est autorisé que jusqu’à 12 semaines maximum de grossesse. Inutile de préciser qu’à ce stade de développement, le foetus ne ressemble en rien à celui sur l’image diffusée par les anti-IVG.

A gauche l’affiche des anti-IVG, à droite celle officielle du gouvernement. Les anti-IVG reprennent sa charte graphique pour jeter la confusion.

CVYtsdPUYAAJUUk.jpg large CYI8LbnWkAA6gcy

Ce type d’élément de communication est un classique du genre chez les anti-IVG. Un autre classique est le danger pour la santé des femmes qui avortent. Le dernier tract diffusé par l’association Rivage à Tours, association dont peu d’éléments filtrent mais qui est fondatrice avec huit autres des « Marches pour la vie » qui se tiennent à Paris tous les ans, alertait sur les risques de cancers du sein pour les femmes ayant avorté. Un risque pourtant jamais prouvé scientifiquement par aucune étude crédible et démenti même aujourd’hui. Pourtant, ce genre d’éléments est omniprésent et peuvent créer un doute.

20160114_132503Tract diffusé dans les boites aux lettres de l’agglomération de Tours ces derniers mois.

Jeter le doute et le trouble sur les consciences c’est en effet un des fers de lance de ces campagnes. Pour revenir aux affiches visibles à Tours, celles-ci renvoient sur un site sosfemmesenceintes.fr. Ce site, structure d’écoute du « Choisir la vie » association organisatrice des « Marches pour la Vie » et proche des milieux catholiques traditionnels n’hésite pas ainsi à faire des liens plus que douteux comme sur le rapport homicides / femmes ayant avortées (« les femmes ayant avorté ont 14 fois plus de risque de mourir par homicide »...). En parcourant le site, on peut voir que sont mises en avant des maisons d’accueil en région. Le site mentionne ainsi en Indre-et-Loire la maison d’accueil pour femmes enceintes « Magnificat, accueillir la vie ». Cette structure existante depuis 1990, est spécialisée dans l’accueil de femmes enceintes « désemparées » peut-on lire sur leur site. Etonnement en revanche on n’y trouve aucune mention de l’IVG. C’est bien là toute la complexité des réseaux anti-IVG, les liens troubles tissés entre différentes structures et leur communication lisse et bien rôdée sont aujourd’hui une de leurs forces. Raison de plus pour rester d’autant plus vigilants.

Ouvrir la galerie photo

12645200_10153932766338184_3404085521059963267_n11140316_10153932769068184_7264525860398056219_n20160114_132503CYI8LbnWkAA6gcyCVYtsdPUYAAJUUk.jpg large