Culture

Terres du Son : un festival qui se fait désirer (vraiment)

Résumé de l’épisode précédent  : « Comment on comptait arriver à Terres du Son à 19h45 et comment on est arrivés à 21h30 ».

#1 Samedi 11 juillet 2015 – 17h35 – Gare de Tours

DSC_3746
Faudrait peut-être pas me prendre pour un blaireau non plus, hein : je me suis fait avoir hier, donc aujourd’hui je laisse mes copines partir en voiture et je prends la navette Fil Vert « Terres du Son », le seul car au monde qui a des notes de musique sur ses panneaux lumineux indiquant la destination. Je pars donc conquérant et sûr de moi. Pourtant, en arrivant en face de la Gare de Tours, je sens comme une petit boulette poindre dans ma gorge…

 

#2 Samedi 11 juillet 2015 – 18h10 – Gare de Tours

DSC_3751
Ma grand-mère disait toujours « l’attente facilite les rencontres ». Mouais. Alors que j’insole (la queue n’est bien entendu pas à l’ombre, l’être humain a depuis longtemps perdu le bon sens animal), je gruge deux places à Lauriane et Chirag pendant qu’ils s’enfilent un MacDo et j’en profite aussi pour les interviewer. Lauriane vient de Veigné vient d’avoir son bac, filera un an en Angleterre comme fille au-pair en septembre et veut surtout voir Skip & Die ce soir et Chirag est électricien à EDF et veut absolument voir Rodrigo et Gabriela. Et là je suis un peu salaud, je lui dis « Bah, va falloir qu’on parte vite alors… ». C’est moche, je sais, mais je n’ai pas envie d’avoir le monopole des boules dans la gorge, ok.

 

#3 Samedi 11 juillet 2015 – 18h15 – Gare de Tours

Photo-0040
Yes ! Fil Vert in da place! Ils ont doublé les navettes et semblent avoir accéléré la fréquence. Je prends la place du guide bout-en-train, mais sans le micro. Et sans la bonne humeur nécessaire à la fonction, non plus.

 

 #4 Samedi 11 juillet 2015 – 18h40 – Bande de Gaza, checkpoint n°241

Photo-0041
J’hésite longuement à descendre ici, mais avec le bol que j’ai, le chauffeur va repartir et le molosse à la barrière va me dire que je ne peux pas couper par le camping avec mon pass Média. Hein, on me la fait pas à moi, ho. Du coup je reste sagement à ma place. De toute façon, ça roule super bien, dans 10 minutes, je suis au village.

 

#5 Samedi 11 juillet 2015 – 19h05 – Haie interminable du CEA Ripault

Photo-0046
J’en connais qui feraient la gueule pour moins que ça, alors je ne veux aucun commentaire désagréable. On a chaud, pas de clim, vitesse de croisière 3,78 km/h, les négociations avec le chauffeur sont âpres. « Je ne peux pas ouvrir la porte pour aérer, sinon ça bloque le moteur », « On s’en fout, monsieur, ouvrez quand même », « On peut descendre ici, on finit à pied, monsieur ! », « Je n’ai pas le droit, je risque une amende. », « Pas grave, on se cotise pour la payer ». Puis long silence de 5 minutes. On a avancé de 19m34. « Monsieur, si je vous file 10 euros, vous me laissez descendre ? ». Peine perdue. Le chauffeur met Fun Radio. On se prend Nekfeu dans les oreilles, mais ça coupe régulièrement. La totale lose (d’où ma gueule).

 

#6 Samedi 11 juillet 2015 – 19h20 – Porte du Paradis

Photo-0048
Je crois que cette photo se passe de commentaire. Ah si : c’est pour les cyclistes, demain je pars à vélo. Histoire de crever à mi-chemin en plein cagnard sans kit de réparation.

 

#7 Samedi 11 juillet 2015 – 19h20 – Forêt de Brocéliande. Ou pas.

CSC_4262
Evidemment, mes camarades de navette ne m’attendent pas et m’ignorent complètement… Bonjour la solidarité !

 

#8 Samedi 11 juillet 2015 – 19h30 – Entrée du site

DSC_3764
Là, j’imagine la gueule de ceux qui étaient dans la navette avec moi, qui n’ont pas encore leur billet et qui tombe LA-DESSUS ! Je prends mon pass dans la main et je le caresse voluptueusement en passant mon chemin (et en faisant un doigt discret au panneau en question).

 

#9 Samedi 11 juillet 2015 – 19h35 – Entrée du site, juste après le check point

DSC_3769
Chirag et Lauriane, ravis eux aussi d’être enfin arrivés sains et saufs !

 

#10 Samedi 11 juillet 2015 – 19h40 – Le Tchatch Café/Village

DSC_3774

DSC_3780

Sylvain de l’Instant Ciné / Tchatch Café, lui aussi, se mérite. 2h15 après mon départ de chez moi, je m’assois fourbu et savoure un pomme-framboise des Vergers de la Manse. Plus que la queue pour accéder au site du « in ». Je devrais, si tout va bien, pouvoir voir mon premier concert vers 22h. Je suis un winner.
Print Friendly, PDF & Email