A la uneCulture

La jolie fièvre de Balthazar au festival Terres du Son

Vald, Gringe, Jeanne Added, Lou Doillon, Balthazar… voici dans le désordre le quintet gagnant de ce samedi à Terres du Son. 5 têtes d’affiche, programmées les unes à la suite des autres et qui ont chacune dans leur style enthousiasmé le public du domaine de Candé. Coup de cœur de notre côté pour les belges de Balthazar qui ont accompagné le coucher de soleil de leur pop envoutante. On vous raconte.

IMG_5020
IMG_5014

20h30, début de soirée sur le festival Terres du Son, le soleil commence à décliner et offrir une belle couleur orangée. Le public est un peu moins nombreux que la veille, mais la prairie de Candé offre une belle allure. De nombreux festivaliers en profitent pour se poser dans l’herbe une bière à la main, d’autres s’y allongent pour un petit repos. Aux bars, les bénévoles sont déguisés en superhéros et arrosent le public au passage… Tout ce petit monde s’amuse et est content d’être là. La convivialité d’un festival comme Terres du Son, se mesure aussi à tous ces petits détails.

20h30 c’est l’heure également pour les belges de Balthazar de monter sur la scène « Gingko ». Attendu par un public de connaisseurs, le groupe flamand se pointe sur une introduction musicale « westernienne ». Deux sortes d’éventails en fond de scène, 4 micros de front sur le devant de la scène, Balthazar attaque d’entrée de jeu avec les chansons de leur dernier album « Fever » sorti en début d’année. Un 4e album écrit après que chacun des membres soit parti sur des projets personnels salués par les critiques comme J. Bernardt, Warhaus ou Zimmerman.

IMG_4977

Après cette pause, Balthazar est revenu donc, avec un album aux influences élargies, dans lequel on retrouvre le côté pop lancinante qui a fait le succès du groupe, mais aussi un aspect plus enjoué.

Sur scène, pas de révolution en revanche, malgré le départ de la violoniste Patricia Vanneste. Mélodies bien ficelées, basses ronflantes et parties vocales de Maarten Devoldere et Jinte Deprez toujours au top, Balthazar propose un set efficace et assez flegmatique à l’image finalement de ce qui a fait le succès du groupe, d’abord en Belgique puis en France. Un exemple de plus, de la sublime richesse de la scène musicale belge.

Print Friendly, PDF & Email