SportA la unePortraits

Nicolas Pussini, l’espoir tourangeau du FootGolf

Comme son nom l’indique, le FootGolf est un mélange entre le football… et le golf. Il se joue avec un ballon de foot sur un terrain de golf. L’objectif est de mettre le ballon dans un trou sans club, juste grâce à ses chaussures. Le concept est amusant mais c’est très sérieux. L’Indre-et-Loire compte même un joueur qui tente d’intégrer l’équipe de France. On l’a rencontré.

Dans sa vie, Nicolas Pussini a beaucoup joué au foot, au poste de milieu récupérateur. Son autre passion c’est le golf, depuis une dizaine d’années. Arrivé en Touraine il y a un an, ce jeune homme de 32 ans qui travaille dans la construction de maisons individuelles a trouvé le moyen de mixer les deux sports en une seule discipline : aujourd’hui, il fait partie de l’élite du FootGolf français et c’est le club de Tours qui l’a vu émerger.

Une tenue stricte pour jouer

« J’avais vu des vidéos il y a 2-3 ans sur Internet mais je n’avais jamais eu l’occasion d’essayer » raconte le sportif. Bonne nouvelle pour lui : juste avant son installation en Indre-et-Loire, un club de FootGolf a fait son apparition à Tours, « sur le papier ça ne pouvait que me plaire alors j’ai fait mon premier parcours dès le printemps. » Et il s’est vite fait remarquer : « la plupart des footgolfeurs ne sont pas golfeurs, j’ai donc un véritable atout dans la tactique. Un parcours ça se construit, il faut savoir aller chercher les points aux endroits où l’on peut et ne pas être gourmand sur d’autres trous. Il faut décrypter les lignes, les pentes… »

23244022_10155125693012525_2766341342510592607_n

Apparu aux Pays-Bas, dominé par les Anglais, se jouant seul ou en double, le FootGolf nécessite une légère adaptation des terrains de golf : les trous sont plus larges pour que la balle puisse s’y lover, ils sont donc creusés en dehors des green réservé au golf traditionnel afin de ne pas les abimer. Pour le reste, « beaucoup de règles sont inspirées du golf, le vocabulaire aussi. Le but c’est de rentrer le ballon dans le trou avec le moins de coups possible » résume tout simplement Nicolas. Et c’est jouable de réussir du 1er coup ? « Ça m’est arrivé une fois. Il faut un peu de réussite, mais c’est possible. »

3 000 joueurs en France

Si tout ça vous amuse, ne riez pas trop fort : sur un terrain de FootGolf, la discipline est stricte, « il faut des chaussures adaptées donc des basket ou des chaussures pour des terrains synthétiques, pas de crampons. L’idéal c’est d’avoir des chaussettes jacquard, un bermuda à poches (les shorts de foot sont interdits) et un polo à col » liste le joueur tourangeau ajoutant que la sélection du ballon est aussi capitale, « selon les modèles ils n’ont pas les mêmes réactions. » Et dans ce domaine, chacun a le sien, « il faut qu’il vole pas mal et qu’il roule très bien. »

Ce n’est pas tout : si le ballon sort du terrain, on ne le remet pas en jeu en faisant une touche comme au stade, et en prime on prend une pénalité, « il y a interdiction de jongler et de prendre le ballon à la main » note encore Nicolas. Tactique : à part sur le départ ou la balle part en l’air, sur les coups suivants elle a plutôt tendance à rouler pour mieux maîtriser sa direction (à l’inverse du golf), « la difficulté, c’est le bon dosage. Au foot quand on fait une passe le ballon s’arrête avec les pieds, là il doit stopper à un endroit précis. C’est très dur au début… et c’est toujours très dur. Des fois les trous sont mieux défendus qu’un but avec un gardien. » N’empêche, à ce petit jeu la France est la 2ème nation mondiale et compte 3 000 pratiquants, une vingtaine à Tours (dont 2 filles).

dscn5812

Objectif Coupe du Monde

« Quand je suis arrivé, j’ai battu le record du club tout de suite et une deuxième fois juste après avec un ballon tout pourri » se souvient Nicolas. De quoi le convaincre d’attaquer la compétition : premier test en juillet, avec un classement « moyen » en Seine-et-Marne. « Après j’ai pris confiance avec l’expérience et je me suis qualifié pour la finale du championnat de France à Marrakech en décembre, on a également participé à l’Open du Maroc avec mon partenaire de double Olivier Colas, moniteur d’auto-école. » Bilan : le Tourangeau finit 3ème ex-æquo de cette compétition, « et meilleur français, devant les stars, même le ballon d’or, un Marseillais. » Le voilà désormais classé 18ème joueur national.

photo-de-groupe

Pour 2018, Nicolas Pussini nourrit de grands objectifs : s’il reprend doucement la compétition, il espère convaincre le sélectionneur de l’équipe de France de l’emmener avec lui pour la Coupe du Monde que les tricolores organisent à Marrakech en fin d’année, « je fais partie des joueurs à potentiel. En attendant, il faut s’entraîner et ce n’est pas facile. Même s’il y a des golfs en Indre-et-Loire, aucun ne veut accueillir le club de FootGolf local qui se déplace donc dans la Sarthe ou le Maine-et-Loire, à 1h de route. Pas de quoi arrêter ces passionnés, Nicolas faisant également beaucoup de route pour les tournois. Ce week-end il sera par exemple à Marseille, avant la Tunisie, la Suède ou la Suisse.

 

Un degré en plus : le club de FootGolf de Tours organise une session d’initiation, le 31 mars au golf de Montjoie (49). Entrée : 20€. Infos ici.

Print Friendly, PDF & Email