SociétéA la uneChroniques

Signes des Temps #149 : ça sent mauvais Rue Néricault Destouches

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Il y a quelques temps, on nous a fait remarquer qu’il y avait moins de gros mots, moins d’argot dans cette chronique hebdomadaire. Comme sur 37 degrés on attache une grande importance à la satisfaction de nos lectrices et de nos lecteurs, le SAV du SDT a fait remonter l’information en urgence à la Direction Centrale via un mail écrit en Time New Roman 72 affublé de 3 accusés de réception différents afin d’être sûr que la remarque serait lue en haut lieu.

L’effet a été immédiat : dans un grand cri digne d’un T-Rex des premiers films de la saga Jurassic Park (il est évident que tous ceux qui sont sortis récemment n’ont plus la même saveur, comme American Pie, comme Toy Story et même comme Taxi, fade depuis le début), l’ordre a été donné de partir à la recherche d’un sujet permettant enfin le retour des grivoiseries dans les pages du magazine, avec un argument supplémentaire digne de Jean-Marc Morandini : « ça va faire du clic ».

Les températures commençant à remonter et le soleil montrant régulièrement son nez entre deux orages, le temps devenait idéal pour lancer une armée de reporters dans les rues de Tours, jusqu’aux plus petites allées de St-Etienne-de-Chigny afin de traquer l’image qui ferait sensation.

Finalement, nos fins limiers n’ont pas eu besoin d’aller bien loin : il a suffi de prendre le tram, de descendre à l’arrêt Nationale, de faire 92 pas (à la louche, car notre reporter sans peur mais pas sans reproches avait oublié de lancer l’application qui mesure s’il pratique bien une activité physique régulière) et là, juste à côté d’une nouvelle boutique remplaçant le seul et unique magasin exclusivement dédié à la lingerie masculine de cette ville, il est tombé sur ce tag.

« Oh Shit », s’exclame donc ce mur en majuscules. Amis de la ponctuation, vous aurez constaté l’absence de points d’exclamation, ici remplacé par une sorte de vaguelette qui peut aussi bien être un effet de style destiné à adoucir le propos qu’une signature de graffeur.

Mais en quoi ce « Oh Shit » peut-il nous permettre de remplir notre contrat consistant à réintégrer les grossièretés dans nos articles ? Normalement, les adeptes des séries en VOST ont déjà la réponse. Pour les autres, on va essayer d’être élégants : en anglais, Shit peut se traduire par un mot que l’on prononce lorsque l’on veut souhaiter bonne chance à quelqu’un… comme à un nouvel entraîneur du Tours FC, par exemple…


> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email