Société

Signes des Temps #40 La rue Voltaire en grève

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Photo-0578

Une rue en grève, on aura tout vu ! Après la Place de la Grève, la rue en grève. Circulation en grève, tournage en rond, nerf en pelote, ville en ébullition. «Plus moyen de se garer en ville en ce moment, c’est à peine si on peut s’en approcher». Ville en grève ? Ronchonneries, klaxonneries, impatienteries, énervations.

Ah bah, si même les rues s’y mettent, maintenant ! Du coup c’est le chien qui se mord la queue (ou le gréviste qui se mord le droit du travail, le manifestant qui se mord la banderole) : comment défiler dans une rue en grève ? A défaut d’être voltairien, c’est au moins kakfkaïen, tout ça.

Barricade. «Je suis tombé par terre/C’est la faute à Voltaire» : on l’imagine ce Gavroche, juché sur la pelleteuse, les cheveux au vent, ravitaillé par le Corneille (le bistro sur la gauche, qui au passage est le seul à Tours à ne pas faire la grève de la solidarité, en proposant des plats en attente) et non par les corneilles… Mais d’ailleurs ? Les corneilles ravitaillent-ils aussi efficacement que les corbeaux ?

Et si c’était les ouvriers des travaux qui proclamaient cette grève ? Des rues bloquées par des travaux qui n’avanceraient plus… Imaginez le chantier.

Un degré en plus

> Retrouvez toute la collection des «Signes des Temps» en cliquant ici.

Print Friendly, PDF & Email