SociétéChroniquesChroniques-Société

Signes des Temps #180 : gare à la cagette !

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

Le service des marchés de la ville de Tours est-il en pénurie de plots ? A-t-il décidé de se mettre au recyclage ? Est-ce la base d’une future sculpture urbaine ? Est-on face à du chêne, du frêne ou du bouleau ? Pourquoi se poser autant de questions sans intérêt ? Peut-on enfin commencer cette chronique avec des phrases qui se terminent autrement que par un point d’interrogation ? Quelqu’un a-t-il déjà écrit un livre uniquement composé de questions ?

Samedi dernier deux cagettes mystérieuses formaient donc une barrière de fortune à l’entrée du marché Beaujardin. Moins impressionnantes et intimidantes que les plots en béton d’une tonne pour détourner les voitures bélier, voilà nos deux amies implicitement chargées de réguler les allées et venues sur la place. Au moins autant de pression que la personne qui doit désormais s’occuper de la chatte orpheline de Karl Lagerfeld (ça fait deux semaines qu’on essaie de placer une référence à Choupette dans cette chronique, on a enfin réussi ! Prochain défi : escalader la cathédrale à mains nues le jour de la messe).

A propos de folies… Si on ne craignait pas pour nos chevilles eu égard à la solidité aléatoire de ces cagettes, on aurait bien envie de monter dessus et d’y prêcher la bonne parole, en l’occurrence distribuer à la criée le magazine papier-connecté de 37°. Moins risqué, si on avait 8 ans, on donnerait sans doute un grand coup de pied dedans avant de courir derrière les pigeons et de manger la moitié des petits morceaux de fromage dans l’assiette de démonstration du fermier (si toi aussi ça te rappelle des souvenirs et que tu as besoin de te confier, appelle-moi, on ira boire une grenadine sur un toboggan de l’Île Balzac un mercredi après-midi à 16h30 avant de regarder un best-of des Minikeums sur YouTube).

Pendant ce temps, personne ne se pose la vraie question : mais où est passé le petit marchand qui vendait des accras tous les samedis ?


Un degré en plus :

Pour découvrir toute la collection des Signes des Temps cliquez ici. Et si vous aimez cette chronique, retrouvez une compilation des plus belles proses de ses 3 premières années dans un livre paru chez les Editions Sutton. En vente dans toutes les bonnes libraires 😉

Print Friendly, PDF & Email