Société

Signes des Temps #14 : Léchage de babines à Amboise

Le pitch : « Signes des Temps » ce sont des images chassées par notre journaliste Laurent Geneix dans les rues, les bâtiments et les chemins de la Touraine ; des traces laissées par l’Homme pour l’Homme, parfois très claires, parfois très floues, violentes, commerciales et/ou drôles, mais toujours signifiantes – que ce soit grâce à des mots, des dessins ou des symboles – et potentiellement visibles par tous.

DSC_3723

Un nom, une date, l’affolement prémédité des papilles. Temple de la gourmandise no limit, du désir inassouvissable, promesse d’un goûter forcément monstrueux – après 25 bornes de Loire à Vélo par exemple, afin de restituer à ton corps dix fois plus que ce qu’il vient de brûler.

Léchage de vitrine, puis de babines, puis des bottes de Mamie pour qu’elle fasse chauffer à blanc le porte-monnaie pour goûter à tout.

1913, 1953, 1963, 1993, 2013, 2033… Combien de goûters copieux dans une vie ? Eternel goût d’enfance sans cesse retrouvée. S’empiffrer, se blottir bien au chaud ou cuire sur la terrasse, une coupe de glace plus grosse que toi, une tarte tatin pour tenter de tempérer, un chocolat chaud épais comme une brume d’automne pour oublier le froid piquant dehors, un thé russe pour avorter tout blues du dimanche soir.

Bigot, «chez Bigot», le must-go, le coin de rue qui happe, la halte qui tue, le délice royal, le supplice suprême, la spirale sans faim, le truc où tu ne dois jamais aller avant de visiter le château voisin pour lequel tu es venu à l’origine, au risque de finir par ne pas y aller.

Print Friendly, PDF & Email