Société

Le rôle social des bancs publics à Tours

Il y a quelques jours, la rédaction du magazine Villadeco nous faisait passer une information portant sur le concours organisé par l’association des Jardins de Cassandre. Ce concours vise à équiper les villages et petites communes de mobilier adapté à leur caractère rural : Du mobilier « pas urbain » pour nos villages. Le thème retenu cette année est « Les bancs qui bougent ! » avec comme date butoir du 13 novembre pour envoyer sa candidature. Ce thème nous a inspiré à 37° et nous avons eu envie d’aller nous balader dans Tours pour partir à la découverte des bancs publics de la cité ligérienne et aller à la rencontre de ceux qui s’y posent quelques instants ou plus.

banc public sur les bors de Loire à Tours

Le centre ville de Tours possède de nombreux bancs de différentes époques et de différents styles, en pierre sur les bords de Loire, en bois, des bancs-baquets,en métal… Pour notre petite balade urbaine, nous avons choisi de commencer par la facilité, à savoir la promenade des bords de Loire équipée que ce soit sur le haut ou sur le bas de nombreux bancs. En ce lundi après-midi ensoleillé nous n’avons pas eu de mal à trouver du monde poser en groupe, en couple ou seul.

bancs publics sur les bords de Loire à Tours

Parmi ces derniers, nous avons croisé Samuel, assis près de l’embarcadère pour un moment de lecture à l’air frais : « C’est un lieu reposant, j’y viens au moins une fois par semaine. Quand je suis entre amis, on va plutôt sur les bancs de l’île Simon, mais quand je suis seul, je viens ici pour lire. C’est un endroit convivial, même seul on peut croiser et discuter avec pas mal de monde, quel que soit le milieu social ». Pour Samuel, les bancs publics gardent ainsi un rôle social et favorisent la détente en permettant de « ne pas rester enfermer entre quatre murs ».

banc public sur les bors de Loire à Tours

Loïc assis sur le haut de la levée de la Loire est également de cet avis. Cet habitant du quartier reconnait venir à cet endroit de temps en temps pour profiter d’un moment apaisant : « C’est très important que la ville garde ce genre de mobiliers urbains » nous dit-il.

banc public sur les bors de Loire à Tours

Nous avons été également déranger Océane et Willy qui nous ont confié venir souvent pour profiter du calme et du paysage.  » On vient souvent, soit ici soit dans les parcs et jardins de la ville » nous racontent-ils en observant le courant de la Loire.

banc public sur les bors de Loire à Tours

Place Anatole France, nous tombons sur un couple de touristes sexagénaires qui prennent le soleil sur un banc. Pour eux aussi, les bancs publics sont vitaux pour les liens entre les personnes : « ça permet aux gens de s’arrêter et de se parler. On vient de région parisienne où c’est peut-être encore plus vrai qu’en Province » précisent-ils. Ils n’oublient pas de préciser que « cela est indispensable pour les personnes âgées qui se promènent et qui ont besoin de faire des pauses ».

La place Jean Jaurès est également fortement pourvue en bancs. Nous nous y arrêtons pour faire la rencontre de Savinien. Pour ce dernier, ce mobilier urbain a également une utilité. Pour lui cela permet de passer le temps en regardant la société autour de lui : « il y beaucoup de monde qui passe, j’aime bien regarder les gens et la rue est plutôt sympa. J’observe et je vois que les gens ont plein de sacs dans les mains et sont contents ». Ce Girondin fraichement installé à Tours précise ainsi que les Tourangeaux paraissent plus souriants que les Bordelais.

banc public sur les bors de Loire à Tours

Place du 14 Juillet, nous avons croisé Baptiste, François et Julie trois jeunes à peine majeurs, en train de « prendre un goûter ». A trois sur le même banc ils nous racontent venir souvent sur cette place appelée « le Spot », un lieu de rendez-vous de la jeunesse du quartier mais aussi du collège Saint-Martin et de l’Institut de Touraine voisins. « Sans les bancs, on ne se regrouperait pas là c’est sûr » reconnaissent-ils.

Ainsi, si les bancs publics ne sont pas faits que pour les impotents ou les ventripotents comme le disait Georges Brassens, au delà d’être un lieu pour les amoureux, ils gardent une fonction sociale indéniable à écouter les témoignages récoltés. Force est de constater que l’on peut y faire de belles rencontres avec des personnes prenant le temps de discuter.

Pour aller plus loin : Nous vous invitons à lire cette intéressante Apologie du banc public.

Print Friendly, PDF & Email