Société

[portfolio] Potes-au-soleil et pot-au-feu

DSC_2756

Pendant que pour certains le café s’éternise sur la terrasse d’Isa, pour d’autres c’est une petite queue tranquille qui démarre sous un soleil d’hiver caressant. «Il ne reste plus qu’une centaine de parts de froid à l’intérieur» clame l’animateur, entre deux morceaux des musiciens qui donnent à ce pique-nique urbain des airs de fête champêtre estivale (on aura même droit à un assez chouette remake du «Sud» de Nino Ferrer).

DSC_2759

Il est 13 heures passées, ça s’éternise un peu, à mesure que les tables se remplissent, la faim nous tenaille, décuplée par la vue des étals du marché à gauche et de l’entrée des Halles en face, promesse éternelle de mille délices. On apprend entre deux portes qu’il n’y a plus de desserts, ce qui nous laisse de marbre parce qu’on n’est pas venus pour ça : on est venu pour le bœuf et ses légumes, un brin de moutarde et un verre de Bourgueil. Le reste n’est que littérature. Bon évidemment, s’il pouvait rester un peu de brie de Meaux avec un bon morceau de baguette, ça ferait un petit plus.

DSC_2770

DSC_2784

Voilà notre tour enfin et notre place au soleil, mais assis cette fois-ci. «Je suis venue plusieurs fois ces dernières années, mais je trouve que la viande n’a jamais été aussi délicieuse», nous confie Marie-France, figure tourangelle attablée avec ses copines. La viande, mais quelle viande ? Elle a déjà fondu sous nos palais, accompagnée de ses légumes aussi croquants que goûtus : la dégustation a évidemment duré moins longtemps que la queue, mais le brie et son petit rouge nous permettent de faire durer un peu le plaisir, tout en débordant un peu sur l’après-midi.

DSC_2768

A prix égal – 6 euros la part -, ça valait quand même le coup de la manger chaude et sur place sur ces grandes tablées, plutôt que tout seul enfermé chez soi. La chaleur humaine environnante offerte. Pour son 20e anniversaire, le désormais célèbre «Pot-au-feu géant» des Halles de Tours, dont les bénéfices sont reversés aux Restos du Cœur, a encore été une excellente excuse pour traîner et manger, prolongeant sans chichi ni dépenses extraordinaires le traditionnel marché du samedi matin.

DSC_2775

Crédits photos : Laurent Geneix pour 37°

Print Friendly, PDF & Email