SociétéDossier du mois

Les pédagogies alternatives de plus en plus tendances

Alors que nous sommes en pleine période des portes ouvertes des établissements scolaires, ce mois-ci, dans notre dossier thématique, nous vous proposons un focus sur le monde scolaire en Touraine.Chaque année, de nouveaux parents tentent les pédagogies alternatives pour leurs enfants. Avec une offre grandissante ces dernières années, ces pédagogies, qui ont pour trait commun de laisser une place à l’autonomie et à la liberté de l’enfant en phase avec son développement propre, essaiment de nouveaux établissements scolaires, en Touraine ou ailleurs. 

La plus connue de ces pédagogies, la méthode Montessori, créée par Maria Montessori il y a 100 ans, connaît un véritable essor ces dernières années. En France ce sont 7 000 à 8 000 élèves qui seraient scolarisés dans des établissements Montessori. A Tours, il existe deux écoles de ce type qui accueillent des enfants jusqu’à 10 ans. La plus ancienne, nommée La Maison des Enfants et gérée par l’association Educ’Active, a déménagé à La Membrolle-sur-Choisille à la rentrée dernière après avoir ouvert ses portes rue La Fuye en 2013. Un déménagement qui a en partie causé la création de l’école Montez Souris à la rentrée dernière dans le quartier des Granges Galand à Saint-Avertin, certains parents d’enfants scolarisés souhaitant garder un emplacement plus central dans l’agglomération.

Relire l’article sur Info Tours  : A St Avertin, les Granges Galand vont avoir leur école Montessori

Le point commun de ces deux écoles : la méthode pédagogique Montessori utilisée. Une méthode à la mode, dont on entend beaucoup parler dernièrement et qui séduit de plus en plus de parents. Ce qui plait, c’est notamment la méthode en elle-même qui entend mettre l’enfant au centre du dispositif tout en le laissant évoluer en autonomie, tout en respectant son rythme propre de développement. Une méthode qui suppose que l’enfant soit acteur de son propre développement et en ce sens soit libre de ses mouvements et de ses choix activités. Ici l’adulte est alors accompagnant de l’enfant face aux outils mis à dispositions. Une méthode qui séduit donc mais qui a un coût évident, autour de 3000 euros par an par enfant.

Un coût similaire à celui que l’on retrouve à l’école du Petit Pommier à Fondettes. Ici, on accueille des enfants de 2 à 6 ans, dans une yourte située au sein du parc du château de Taillé. Un château en travaux qui oblige l’école à déménager sur Chambray sur le terrain d’un maraicher à la rentrée 2018. A l’école du Petit Pommier, la nature est au cœur du processus éducatif. Ici, la pédagogie prônée est celle Steiner-Waldorf créée par l’Allemand Rudolf Steiner en 1900.Une pédagogie où il y a beaucoup d’activités extérieures qui varient et suivent les saisons. Avec comme principe fondamental que c’est « par le jeu libre et l’autonomie que l’on apprend », la classe gérée par Hakiko Hiraï, la maitresse (ou plutôt la jardinière d’enfants selon le vocable utilisé) formée pendant trois ans à la Fondation Steiner à Paris, ne ressemble pas vraiment à l’école classique. « Ici, chacun grandit à son rythme et selon ses désirs d’apprentissage. Les petits apprennent avec les grands et inversement aussi ». A l’école du Petit Pommier, on accueille donc des enfants jusqu’à 6 ans, ce qui correspond au premier âge, celui du jardin d’enfants décrit par Rudolf Steiner. Un âge durant lequel, l’enfant est dans l’imitation, le mimétisme et la répétition » explique le directeur Julien Piron.

Relire notre article : L’école du Petit Pommier cherche élèves pour peupler sa yourte

Qu’elles soient de pédagogie Steiner ou Montessori, ces nouvelles écoles restent néanmoins des écoles de niche, accueillant que quelques élèves à chaque fois, quelques dizaines au plus. Néanmoins les pédagogies dites alternatives sont de plus en plus présentes et l’accès à des pédagogies différentes ne se fait pas forcément en dehors de l’école publique. Il n’est pas rare aujourd’hui ainsi de voir des professeurs des écoles, en maternelle ou en primaire, s’inspirer de ces méthodes pour des moments en classe. La principale pédagogie que l’on retrouve dans ce cas est celle dite Freinet, créée par le Français Célestin Freinet en 1920 et principalement portée par l’Institut coopératif de l’école moderne (ICEM), une association agréée par le ministère de l’éducation nationale. A la différence des deux autres citées ci-dessus, la méthode Freinet a en effet une reconnaissance officielle et ses fondements peuvent être enseignés lors d’initiations aux professeurs volontaires. Si cette méthode séduit c’est avant tout parce qu’elle permet de laisser s’exprimer l’enfant en lui laissant notamment un choix d’activités mais aussi en développant le travail en autonomie (corrections entre élèves, entre-aides…). Une méthode qui finalement se fond dans le fonctionnement d’une classe presque naturellement.

Un degré en plus :

. Ecole Montessori « La maison des enfants »

. Ecole Montez souris

. Ecole du Petit Pommier

Print Friendly, PDF & Email