SociétéChroniquesChroniques-Société

[On aurait pu vous en parler] Les Rencontres de la Sécurité

Nos boîtes mail débordent ! Chaque semaine nous recevons des dizaines d’invitations pour relayer des événements forcément incontournables. Certains reviennent carrément tous les ans, au risque pour nous d’écrire quasiment la même chose d’une fois sur l’autre. En plus de ça, il faut bien dormir. Cette année, c’est décidé : nous ne pourrons pas être partout ! Et tant pis si cela crée des frustrations. Cela dit, nous avons trouvé LA solution : relater une fois par semaine des actualités tourangelles sans bouger du bureau, avec une petite dose de mauvaise foi.

« Alors, l’uniforme, ça te fait de l’effet ? » Sûr qu’on aurait entendu au moins une fois cette phrase si on avait choisi de passer une tête aux Rencontres de la Sécurité organisées au centre commercial l’Heure Tranquille à Tours ce samedi 19 octobre. Le concept : pompiers, policiers ou gendarmes en démonstration pour faire de la propag… euh, expliquer leur métier au grand public, et pourquoi pas recruter, parce qu’on a toujours besoin de forces vives dans ces métiers-là.

Les Rencontres de la Sécurité, c’est une opération de communication. Pour l’occasion, on fait briller l’hélicoptère, on lustre les poils des chiens renifleurs, on repasse bien la chemise du commissaire et on peut même se faire payer un café par les policiers. Enfin, ne vous y trompez pas : au final l’argent est pris dans les caisses de l’État, donc sur la TVA de votre baguette de pain ou du pistolet à billes que vous avez offert à vos enfants cet été (et pour lequel vous regrettez d’avoir cédé).

Les Rencontres de la Sécurité, c’est ce moment de l’année où gendarmes et policiers se montrent sous leur meilleur jour. Et après des mois de Gilets Jaunes et de polémiques diverses comme pour la mort de Steve Maia Caniço à Nantes, ils en ont bien besoin, même si ces sujets n’y sont pas forcément abordés… Ça ne semble pas non plus être le meilleur moment pour parler de la grève des pompiers qui dure depuis le mois de juillet, ou de la recrudescence de suicides dans les rangs de la police. Dans ce genre d’événement, on met plutôt l’accent sur le dévouement au service de l’État, les actions héroïques. On sort tout le matériel pour impressionner les enfants parce qu’après tout c’est surtout eux qu’il faut réussir à convaincre.

On aurait pu vous en parler, on en parlera peut-être l’année prochaine. Si ça se trouve Christophe Castaner sera même toujours ministre de l’intérieur…

Print Friendly, PDF & Email