SociétéChroniquesChroniques-Société

[On aurait pu vous en parler] La polémique sur le port du voile

Nos boîtes mail débordent ! Chaque semaine nous recevons des dizaines d’invitations pour relayer des événements forcément incontournables. Certains reviennent carrément tous les ans, au risque pour nous d’écrire quasiment la même chose d’une fois sur l’autre. En plus de ça, il faut bien dormir. Cette année, c’est décidé : nous ne pourrons pas être partout ! Et tant pis si cela crée des frustrations. Cela dit, nous avons trouvé LA solution : relater une fois par semaine des actualités tourangelles sans bouger du bureau, avec une petite dose de mauvaise foi.

Attention sujet sensible. Depuis plusieurs semaines, parce qu’un conseiller régional d’extrême-droite a orchestré une polémique en découvrant dans le public de la séance à laquelle il participait, qu’une femme portant un voile était présente, on entend partout que « la polémique sur le port du voile est relancée. » Greta Thunberg peut dormir sur ses deux oreilles, le tourbillon politico-médiatique a trouvé un autre os à ronger, tombant par la même occasion, dans le piège lancé par le Rassemblement National. Pas un jour sans un débat ou une petite phrase… Même le Sénat, la chambre dite des sages s’y est mis. Les sénateurs ont en effet imaginé que ce serait une bonne idée d’examiner une proposition de loi pour interdire le port de signes religieux aux personnes accompagnant les sorties scolaires (et en particulier le voile, surtout le voile). Difficile de ne pas y voir, une façon d’exister pour Les sénateurs à l’initiative de la proposition. Car loin d’être des benêts en politique, ils savent bien que pour entrer en vigueur une loi doit être validée par l’Assemblée Nationale parce que c’est elle qui a le dernier mot. Et vu sa composition, et les directives du chef de l’Etat, difficile de croire qu’un tel texte passerait à l’Assemblée. A croire que les sénteurs devaient avoir un trou à l’ordre du jour… Hop ! 5h de débat et la loi fut votée avec les voix de deux élus tourangeaux, Serge Babary et Isabelle Raimond-Pavéro.

On aurait pu leur demander pourquoi ils ont fait ce choix, aller voir plein d’autres élu.e.s d’Indre-et-Loire pour solliciter leur avis. Une partie aurait été outrée, une autre aurait approuvé. Avec un peu d’insistance on aurait trouvé une très belle phrase choc pour un titre lui garantissant un fort écho sur les réseaux sociaux. On aurait aussi pu aller à la rencontre des femmes voilées et de la communauté musulmane en général (déjà plus intéressant, surtout quand on constate leur absence dans les médias sur cette question où elles sont les premières concernées). On n’a rien fait de tout ça pour ne pas raviver une fois encore les stigmatisations douloureuses dont est victime une partie de la population française. Quelle que soit notre religion – ou absence de religion – on pourrait laisser chacune et chacun libre de ses pratiques. Une femme qui porte le voile parce qu’une tierce personne lui intime de le faire, c’est un réel problème. Mais une femme qui porte un voile et qui choisit de le faire en son âme et conscience, par son libre-arbitre, ça va changer quoi lors de la visite du musée Balzac avec une classe de 3e ou un déplacement dans un parc naturel avec des élèves de CM1 ?

Non franchement on avait mieux à faire et on reste persuadé qu’il y a plus important comme sujet à traiter et on aurait espéré que les sénateurs se disent la même chose…

Print Friendly, PDF & Email