SociétéChroniquesChroniques-Société

[On aurait pu vous en parler] La rentrée des classes en Touraine

Nos boîtes mail débordent ! Chaque semaine nous recevons des dizaines d’invitations à relayer des événements forcément incontournables. Pour beaucoup, ils reviennent tous les ans à la même période, au risque pour nous d’écrire quasiment la même chose d’une fois sur l’autre. En plus de ça, il faut bien dormir. Cette année, c’est décidé : nous ne pourrons pas être partout ! Et tant pis si cela crée des frustrations. Cela dit, nous avons trouvé LA solution : relater une fois par semaine des actualités tourangelles sans bouger du bureau, avec une petite dose de mauvaise foi. Ni paresse, ni méchanceté, juste le besoin de soigner par l’absurde une allergie viscérale aux marronniers.

On aurait donc pu vous parler de la rentrée scolaire en Indre-et-Loire. D’abord arpenter les rayons de supermarchés pour voir si le cahier 21×29,7 à petits carreaux avait augmenté ou baissé de 3 centimes par rapport à l’année dernière. Puis vérifier auprès de Clara, 8 ans, et Simon, 6 ans, que les cartables à l’effigie du Roi Lion sont à la mode. Sans oublier de demander aux deux rejetons de chanter une chanson de film devant notre caméra pour faire le buzz.

On aurait pu. Mais on a entendu trop de cris d’enfants dans le TGV cet été pour imaginer – ne serait-ce qu’une seconde – se planter au milieu d’un magasin avec le risque d’y observer une famille en train de se débattre avec ses démons : craquer pour ce cartable trop mignon mais trop cher, ou réutiliser celui de l’an dernier qui est encore bien solide afin de faire un doigt d’honneur aux diktats de la mode (et des économies, et un geste pour la planète) ? Cela dit, ça ferait un excellent sujet de philo.

Après ce premier reportage, nous aurions pu embrayer sur le traditionnel inventaire des nouveautés de la rentrée concoctées par l’Éducation Nationale, en n’omettant pas de préciser combien d’élèves allaient arpenter les différents établissements d’Indre-et-Loire jusqu’en juin. A la place, on vous propose une équation au doigt mouillé :

Sachant que 12 millions d’élèves font leur rentrée en France, sur une population totale de 66 millions d’habitants et que l’Indre-et-Loire représente environ 0,9% de la population français, à 15% près combien d’enfants et ados ont dû remettre leur réveil ce matin dans le département ?

(Entre nous, si on avait donné le vrai chiffre tout de suite, est-ce que vous l’auriez vraiment retenu ?)

Ce problème résolu, on aurait pu coller aux basques des élus pour le 1er jour de classe, admirer les jolis costards tout neufs sortis exprès pour ce lundi et qui resserviront dans quelques semaines pour les premières réunions publiques de la campagne des municipales. On aurait pris des photos de conseillers municipaux et départementaux en train de s’extasier devant les travaux de peinture réalisés pendant l’été, ou en train de se tuer le dos en se penchant pour parler à des enfants qui ont aussi peur d’eux que de leur oncle et de leur tante aux bisous baveux. Embarqués dans cette tournée passionnante, nous aurions naturellement poussé le vice jusqu’à manger avec les politiques à la cantine. Mais, trop dommage, plein de nouveaux restaus ont ouvert en ville cet été… et on n’a pas encore tout testé.

La rentrée des classes en Touraine, on aurait pu vous en parler. On vous en parlera – peut-être – l’année prochaine.

Print Friendly, PDF & Email