Société

Il y a 76 ans, le massacre de Maillé

Il y a 76 ans le village de Maillé connaissait un des pires massacres en Europe Occidentale envers une population civile. Retour sur ce drame resté longtemps oublié…

Massacre de Maillé

Jusqu’aux années 2000 le silence régnait autour de la tragédie de Maillé. En effet, le fait que ce massacre se soit passé le jour de la libération de Paris a contribué à l’éclipser de l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale en France. A cela s’est ajouté le silence des rescapés sur cette journée et le fait que le village fut reconstruit immédiatement (à la différence d’Oradour sur Glane). Enfin, jusqu’à l’ouverture d’une enquête en Allemagne en 2006 pour retrouver les auteurs du massacre, Maillé restait un crime sans assassins comme le titrait le documentaire diffusé en 2011 sur France 2 (disponible ici).

Le 25 Aout 1944, 124 habitants de ce village, soit 1/4 de la population communale, ont péri sous le joug de la barbarie Nazie. Hommes, femmes et enfants se sont faits indistinctement massacrés (le plus jeune avait trois mois) avant que le village ne soit réduit en cendres. Ce massacre longtemps tombé dans l’oubli connaît depuis quelques années un regain d’intérêt. Ceci grâce à plusieurs évènements : tout d’abord l’ouverture de la Maison du Souvenir en 2006 qui permet d’avoir un lieu de recueillement et d’hommage aux martyrs. Ainsi chaque année de nombreuses visites scolaires y sont notamment organisées. Des sorties scolaires précieuses et souvent émouvantes puisque les enfants y rencontrent des survivants venus témoigner sur ce qu’ils ont vécu. La visite  du Président Nicolas Sarkozy en 2008 a permis à Maillé d’avoir une médiatisation nationale également. Enfin, l’ouverture d’une enquête par le procureur de Dortmund pour trouver les coupables de ce massacre a sorti de l’oubli ce terrible évènement. Un massacre depuis attribué à un bataillon de réserve de la 17e division SS Von Berlichingen basé à Châtellerault.

Mais le plus important dans ce regain d’intérêt est la sortie du silence des rescapés. Pendant longtemps ces derniers se sont enfermés dans un silence pesant et la vie continua avec ce souvenir affreux enfermé au plus profond d’eux. Des rescapés qui ont libéré leurs paroles à partir des années 90 et qui aujourd’hui sont pleinement acteurs de la transmission mémorielle du massacre de Maillé.

Un degré en plus :

A l’occasion des 70 ans du massacre, Polemix et la voix Off avaient également réalisé une passionnante série de quatre émissions documentaires sur le massacre qui sont disponibles sur leur site avec comme invité Serge Martin, rescapé du massacre mais aussi Sébastien Chevereau, ancien directeur de la Maison du Souvenir qui a publié en 2012 la première étude historique sur cet évènement : « 25 août 1944, Maillé… Du crime à la mémoire » (Editions Anovi).

Le livre de Jean Baillargeat, publié en 2009 est également un témoignage très fort. A partir des correspondances de l’époque entre sa mère alors à Tours et sa grand-mère qui le gardait à Maillé lors de ces funestes moments, le rescapé du massacre revient sur cette période de sa vie mais également sur la vie du village dans les moments qui ont suivi la tuerie. (« Maillé J’avais 5 ans… » aux éditions Alan Sutton).

Crédits photos : Maison du Souvenir de Maillé

Article publié initialement en août 2015 et réactualisé le 25 août 2020.
Print Friendly, PDF & Email