SociétéChroniquesChroniques-Société

[La bouteille du week-end] La Levée 2015, Vin de France blanc, Alexandre Bain

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

La Levée 2015, Vin de France blanc, Alexandre Bain

Choisir ma dernière bouteille de l’année, c’est un peu comme choisir une bouteille pour un réveillon ou une grande occasion : il ne faut pas se manquer et ça met un peu la pression !

J’ai choisi pour l’occasion la cuvée La Levée d’Alexandre Bain : un vigneron de Pouilly-Fumé qui avait défrayé la chronique il y a quelques années, après qu’on lui a retiré le bénéfice de l’AOC au motif d’un refus de contrôle. Depuis, un tribunal lui a rendu son AOC mais il a dû vendre quelques milliers de bouteilles, comme celle-ci, en Vin de France. Je ne suis pas passionné par ces polémiques qui, trop souvent, alimentent des guerres stériles entre différentes « chapelles » du monde du vin. Mais j’avais très envie de goûter les vins de ce vigneron sélectionné par de nombreux sommeliers à la carte des meilleurs restaurants du monde.

La bouteille ne m’a pas déçu. D’abord une robe dorée foncée, généreuse, témoignant à la fois du faible niveau de filtration et de la belle maturité des raisins.

Ensuite un nez puissant. C’est très fruité, avec notamment des arômes d’abricot, et une pointe mentholée qui ajoute de la fraîcheur.

La bouche est exubérante. On y retrouve de l’abricot, mais également des agrumes, du miel, et même une petite touche épicée, évoquant  le curry.

Le vin est très légèrement perlant, conséquence sans doute de la volonté du vigneron de laisser un peu de gaz carbonique pour protéger le vin de l’oxydation sans avoir recours aux sulfites. Mais ce perlant subtil est bienvenu.

La finale est saline, très salivante et laisse une double impression de plénitude et d’équilibre. On est surtout séduit par la très longue persistance aromatique de cette cuvée.

Si vous prenez le temps de carafer ce vin ou d’ouvrir la bouteille à l’avance, le perlant diminuera et la note épicée sera renforcée, rehaussant encore mieux les arômes d’abricot et de miel. On peut supposer également que cet équilibre entre fruits et épices évoluera positivement si on garde cette bouteille quelques années en cave.

De toutes mes bouteilles du week-end, ce n’est sans doute pas le meilleur rapport qualité-prix que j’ai dégusté. Mais c’est une bonne nouvelle que le prix des vins du Val de Loire s’oriente à la hausse. Quelques vignerons, très demandés à l’export, peuvent proposer aujourd’hui des bouteilles dont les prix approchent ceux d’autres régions plus prestigieuses. C’est la preuve que la reconnaissance des vins de notre région est en pleine progression !

C’est une belle bouteille de repas de fête. Elle accompagnera par exemple à merveille des Saint-Jacques, un poisson cuisiné ou des crustacés. Et par sa puissance aromatique, ce blanc ne craindra pas les accords mets et vins avec des plats légèrement épicés.

* Pour ne plus confondre les AOC Pouilly-Fumé, Pouilly-Fuissé et Pouilly-sur-Loire, relisez cette chronique que j’avais consacrée à un autre vin de cette AOC de la Nièvre.

La Levée 2015, Vin de France blanc, Alexandre Bain

Boisfleury, 18, rue des Levées,
58150 Tracy-sur-Loire

Sur facebook : https://www.facebook.com/Alexandre-Bain-122698771698935/

* 22,50 € à la cave 22 sur vins
22, rue Néricault Destouches, 37000 Tours,
Tél. : 02 47 66 10 16
Sur Facebook : Facebook.com/22survins/

Print Friendly, PDF & Email