SociétéChroniquesChroniques-Société

[La bouteille du week-end] IGP Val de Loire blanc 2017, Pourquoi pas ?, Philippe Sauger

Comme un bon vin ne s’apprécie que s’il est partagé, chaque vendredi dans [La bouteille du week-end], Guillaume Lapaque vous fait part de sa rencontre avec un vin ligérien et vous en parle avec passion et délectation.

Au cœur de la Sologne viticole, à Cheverny, les vignerons se souviendront longtemps du millésime 2017 : si dans l’ensemble de la Touraine, le gel du printemps 2017 fit beaucoup moins de dégâts que celui de 2016, les vignerons de Cheverny ont vécu 2 ans de suite le même cauchemar.

C’est de ce malheur qu’est née la cuvée « Pourquoi pas ? » de Philippe Sauger, un vin en Indication Géographique Protégée (IGP) Val de Loire, assemblage de 85 % de sauvignon et de 15 % de chardonnay.

Et il faut croire qu’à quelque chose malheur est bon tant on est séduit par la gourmandise et l’originalité de ce vin blanc sec.

Au premier nez, j’ai d’abord perçu avec force l’expression variétale du sauvignon. Les spécialistes disent que ça sent le bourgeon de cassis ou la feuille de buis froissée. Ceux qui, comme moi, ne raffolent pas de cet arôme, parlent plutôt de « pipi de chat ». C’est assez souvent la caractéristique de sauvignons récoltés en sous-maturité et j’en ai était d’autant plus surpris que la jolie robe dorée m’avait laissé supposer au contraire une belle maturité.

Il ne faut jamais conclure trop vite et il m’a suffi d’agiter un peu mon verre, de laisser le vin s’aérer, pour que le second nez soit plus flatteur : des notes florales, mais aussi des notes d’ananas. Ce vin gagnera donc à être carafé avant le service.

En bouche, c’est la richesse et l’amplitude des impressions tactiles qui dominent d’abord. Le vin est gras, ample et caresse agréablement le palais. Une belle rondeur qui est certainement apportée par le cépage chardonnay.

Au niveau aromatique, on retrouve un agréable cocktail de fruits exotiques et d’agrumes. C’est très intense et très gourmand.

La dégustation se termine sur une belle finale légèrement acidulée. Bien que ce vin soit sec, sa rondeur et l’intensité des arômes de fruits pourraient presque donner l’impression d’une légère sucrosité.

A l’apéritif, il séduirait certainement les amateurs qui n’aiment pas les vins trop secs.

Mais puisque c’est la saison, il serait très à l’aise également pour accompagner une raclette. Définitivement, il faut oublier le vin rouge avec la raclette et les autres spécialités hivernales à base de fromage fondu. Il faut au contraire la fraîcheur d’un vin blanc pas trop opulent. Et ce « Pourquoi pas ? », bouteille dont le rapport qualité-prix semble imbattable, ferait un beau mariage, tant avec le fromage fondu qu’avec la charcuterie.

* Du même vigneron j’avais particulièrement apprécié le Cour-Cheverny 2014 « Just Wooded »

IGP Val de Loire blanc 2017, Pourquoi pas ?, Philippe Sauger

4 Rue des Touches

Les Touches
41700 Fresnes

Tél. : 02.54.79.58.45

https://www.domaine-sauger.com

* 6,60 € aux Belles Caves
16, avenue du Lac
37550 Saint Avertin

Tél. : 02 47 50 55 05
http://www.lesbellescaves.com

Sur Facebook : https://www.facebook.com/lesbellescaves/

Print Friendly, PDF & Email