ChroniquesChroniques-Société

[HistLoire] Tours : du pont Wilson aux ponts Bailey

[Il y a 42 ans, le pont Wilson s’effondrait à Tours. L’occasion, en plein confinement de replonger dans cette histoire avec cette chronique publiée initialement en avril 2016]

HistLoire, c’est une chronique régulière sur 37° où nous vous proposerons un petit focus sur un pan d’histoire tourangelle. Ce mois-ci, replongeons nous dans l’histoire de l’effondrement du pont Wilson et plus particulièrement à celle des ponts Bailey.

s_Pont Wilson1978-dr-

L’effondrement du pont Wilson le dimanche 09 avril 1978 est un évènement majeur de l’histoire récente de Tours qui a fortement marqué ses habitants. En effet, cet incident marqua le paysage de la ville en créant un vide physique et symbolique qui entraina de nombreuses difficultés : de circulation évidemment, mais aussi d’approvisionnement en eau puisque les canalisations alimentant la rive sud de la ville passaient par le tapis du pont. 100 000 habitants de la rive gauche du fleuve se sont retrouvés ainsi privés d’eau, mais aussi d’électricité et de ligne téléphonique, là-encore les câbles étant logés dans le tapis du pont. Finalement, c’est par le pont de Fil (qui sera fermé au public) que transiteront les canalisations et câbles provisoires pour rétablir les services à la population.

Une population à qui Jean Royer demandera également l’avis sur la reconstruction du pont Wilson. En effet, le maire de Tours décida d’organiser une consultation publique avec quatre choix de reconstruction :

  1. Une reconstruction totale à l’identique du pont
  2. Consolidation de la partie préservée, et reconstruction à l’identique de la partie effondrée
  3. Construction d’un pont en béton
  4. Construction d’un pont métallique

Sur les 6 322 votants, 52,4 % votèrent pour la deuxième proposition, moins coûteuse et plus rapide à mettre en œuvre.

L’inauguration a finalement lieu le 18 septembre 1982 en présence de Charles Fiterman, ministre des Transports (l’Etat ayant financé intégralement les travaux). Pour l’anecdote, la plaque commémorative apposée du côté de la place Choiseul ce jour-là, fut descellée et dérobée dès le lendemain et ne fut jamais retrouvée.

L’effondrement d’avril 1978 avait nécessité une réorganisation totale de la circulation, le pont Wilson étant à l’époque le pont principal pour franchir la Loire, puisque sur la RN10 qui était alors encore un axe majeur. Le trafic est alors détourné vers les ponts Mirabeau et Napoléon mais aussi vers l’A10, Jean Royer obtenant de l’Etat la gratuité de la portion de l’autoroute traversant Tours. Le maire de Tours obtient également de l’Etat le prêt d’un pont Bailey (pont préfabriqué conçu à la base pour les opérations militaires) issu des réserves de l’Armée.

64469750-dr-

Ce premier pont Bailey est inauguré le 3 juillet 1978. Il est placé à quelques dizaines de mètres en amont du pont Wilson et est réservé aux transports en commun et services d’urgence. Lors de ce même mois de juillet, le ministre des transports accorde à Tours le prêt d’un deuxième pont Bailey. Ce dernier sera installé et inauguré en mars 1979 en aval du pont Napoléon, au bout de la rue du Commandant Bourgoin, face à Saint-Cyr-sur-Loire.

img065Le deuxième pont Bailey, face à St-Cyr. -dr-

Ce deuxième pont est lui réservé à la circulation des particuliers. Il ne sera enlevé du paysage tourangeau qu’en 1990, soit huit ans après la réouverture du pont Wilson.

DSCF0760

DSCF0754 -dr-

Retrouvez tous les articles de la série [HistLoire] ici

Print Friendly, PDF & Email