PhotoReportage-SociétéReportagesSociété

Quand les Halles de Tours s’éveillent

A l’heure où la ville dort encore, où la traversée des rues de Tours apparaît délicieusement calme dans la nuit encore profonde, dans le quartier des Halles, deux fois par semaine, le carreau s’agite sur les mouvements des vendeurs du marché qui s’installent ici le mercredi et le samedi.

dsc_7889
dsc_7882

Un va et vient des vendeurs, palettes et cartons en main qui fait écho au même scénario, parallèle à quelques pas de là. Dans les Halles de Tours, les commerçants s’activent également pour remplir les étals. Ici bat le « Ventre de Tours » a-t-on coutume de dire, en référence au « Ventre de Paris » d’Emile Zola qui évoquait en ces termes les halles parisiennes dans son roman éponyme. Y passer une heure ou deux, au petit matin comme là, suffit à comprendre que l’expression n’est qu’à peine exagérée.

dsc_7870

A l’intérieur, une quarantaine de commerçants de bouche, s’appliquent à ordonner leurs étals avec leurs produits frais arrivés du matin. Et l’enjeu est important en ce mois de fêtes, décembre représentant chez certains plus de 20% du chiffre d’affaires annuel. Si le rush se fait surtout les derniers jours précédents les fêtes, la période favorise le commerce. Les matins du 23 et 24, des 30 et 31, les allées seront remplies dès le milieu de la nuit des cargaisons livrées par les camions, les commerçants s’affaireront à ce que tout soit fin près dès 7h du matin et pas une minute de plus, heure d’ouverture des Halles. Pour l’instant, 7 heures arrive et les premiers clients aussi. Ces derniers passent encore entre quelques cartons qui trainent encore, saluent des commerçants en train de finir d’installer. « C’est souvent des habitués que l’on connaît bien à cette heure là », nous signale un commerçant. Petit monde les Halles de Tours ? Certainement, règne ici une ambiance particulière pour qui sait la saisir loin des heures de pointe.

dsc_7836

Petit monde raffiné diront certains même, argumentant sur une clientèle de centre-ville à bon pouvoir d’achat face aux prix des produits vendus ici. Pourtant on nous l’assure, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses aux Halles de Tours. Que l’on ait envie d’un plaisir de temps à autre ou que l’on vienne régulièrement, c’est avant tout la qualité des produits qui attire. Des produits qui poussent parfois à l’exception (et le prix allant avec). Ici on trouve une tome de brebis à base de truffes, là du pain avec de la farine artisanale fabriquée en Touraine, etc… A l’heure où les ménages deviennent vigilants sur la qualité et la traçabilité des produits, les Halles prennent tout leur sens. « Les gens sont prêts à acheter moins de viande, mais à se faire plaisir une fois par semaine par exemple » nous explique un boucher en pleine préparation de rôti.

dsc_7892

C’est cette qualité qui ferait donc la différence et cultiverait cette image positive des Halles de Tours. Et certains clients rencontrés n’hésitent pas à venir de plus loin pour faire leurs achats du week-end : « C’est un petit rituel, on habite Tours Nord et on vient de bonne heure tous les samedis matins avec mon mari. On achète à la fois sur le marché et dans les halles selon les produits », explique Dominique. Le marché et les halles se nourrissent ainsi l’un et l’autre.

dsc_7851
dsc_7869

A l’extérieur, rares sont les samedis où le marché désemplit en effet. Une aubaine pour tout le monde dans le quartier des Halles ces jours-là, il n’y a qu’à y voir le grouillement permanent qui succède au calme du matin, une fois le jour levé.

Texte : MG. Crédits photos : Pascal Montagne

Print Friendly, PDF & Email