ArticleReportage-SociétéReportagesSociété

Le Foyer Albert Thomas gère toujours l’urgence

L’hiver dernier, le foyer Albert Thomas faisait l’actualité suite à la liquidation de l’association gérante. Repris depuis par La Croix Rouge, le quotidien lié à l’hébergement d’urgence y a repris son cours. Reportage.

foyer-albert-thomas-tours-1

Décembre 2016 : En pleine période de fêtes de fin d’année, le foyer Albert Thomas se retrouvait sans gestionnaire. Une crise alarmante au cœur de l’hiver avec le risque de voir 36 places d’hébergement supprimées et avec, autant d’hommes remis à la rue. Une fin difficile pour les salariés également qui avaient alerté sur les problèmes rencontrés par l’association plusieurs mois en amont. Ces derniers, bien que désormais sans emplois, apportaient malgré tout leur soutien aux résidents qui avaient décidé d’occuper les locaux du foyer en attendant qu’une solution soit trouvée. Parmi ces résidents, des SDF de droit commun mais surtout des demandeurs d’asile, le Foyer Albert Thomas étant alors un centre mixte accueillant aussi bien l’hébergement d’urgence que des personnes étrangères « en voie d’adaptation » et envoyées ici par la Préfecture régionale d’Orléans.

Pendant un trimestre, ces résidents vont occuper le foyer en totale autogestion, en respectant toutes les mises en garde des autorités, jusqu’à la reprise des lieux par La Croix Rouge. Dans le même temps, les pouvoirs publics s’engagaient à trouver des solutions pour les résidents. Depuis, ces derniers sont partis en CADA (Centres d’Accueils pour les Demandeurs d’Asile) notamment, sans pour autant trouver forcément de solutions pérennes à leurs situations personnelles, comme en témoigne la récente arrestation la semaine passée de l’ancien porte-parole des résidents, Adama, finalement libéré et dont la procédure de demande d’asile va être étudiée en appel.

La lutte du foyer Albert Thomas, un documentaire en immersion, au long des trois mois d’occupation du foyer, par la réalisatrice Anne Greff.

La Croix Rouge gestionnaire des lieux

Repris depuis le 27 mars par La Croix Rouge, le foyer Albert Thomas est resté un centre d’accueil de nuit pour hommes seuls, ouvert de 18h à 8h du matin (des horaires plus restreints qu’auparavant), mais désormais uniquement dédié à l’hébergement d’urgence, avec un placement via le 115. Une situation qui avait levé quelques oppositions au moment de la reprise, à commencer par le collectif de soutien aux résidents mais aussi par l’association L’Entraide Ouvrière (devenue Entraide et Solidarités) qui avait postulé à l’appel d’offres de reprise sans succès et qui regrettait un manque d’ambition au projet retenu. (A lire ici).

Huit mois plus tard, la page est desormais tournée. Sur place, les lieux n’ont pas changé. Les inscriptions « bienvenue » en plusieurs langues sur le mur de l’escalier et celle « avoir des étoiles plein les yeux ! » sont toujours présentes. Le Foyer Albert Thomas a toujours ses 9 chambres de 4 places chacune, soit 36 places d’hébergement. Accueillis par Cyril Chauveau, le nouveau responsable du foyer et par Véronique Folch, directrice régionale pour l’hébergement d’urgence de La Croix Rouge, ces derniers assurent que cette période difficile avant la reprise n’a pas affecté la mise en route de leur projet. « Cela a été un peu compliqué au début parce que nous n’avons eu qu’une semaine pour prendre possession des lieux avant l’ouverture. Pour le reste, nous nous sommes mis tout de suite au travail, avec un temps d’adaptation logique ».

img_1601-1024x683
img_1602-1024x577

La mission d’accueil prenant le dessus, il a fallu en effet rapidement se mettre dans le tempo du dispositif du 115, dont relèvent les places du foyer. Un dispositif d’hébergement d’urgence avec rotation.

A Raison de deux fois par semaine, les places disponibles sont remis dans le dispositif du 115. Pour ceux ayant eu la chance d’avoir obtenu une place, celle-ci leur est réservée du lundi au jeudi ou du vendredi au dimanche. En clair, chaque vendredi matin et chaque lundi matin les places sont remises dans le dispositif du 115 et les hébergés doivent faire leurs valises et rappeler le 115 dans la journée en espérant retrouver une place pour dormir, ici ou ailleurs. Ainsi, depuis la réouverture fin mars, ce sont 260 personnes qui ont été accueillies dans les locaux. « On ne gère pas la rotation » rappelle Cyril Chauveau, « notre rôle est d’accueillir les personnes envoyées par le 115 ». Pour remplir cette mission, La Croix Rouge a recruté 6 personnes, toutes ayant de l’expérience et dont un qui travaillait déjà à Albert Thomas nous précise-t-on.

Relire notre reportage : Dans les coulisses du 115

Forte de son réseau et de son expérience dans l’action sociale, La Croix Rouge souhaite faire plus que de l’hébergement nous indique-t-on. En 2018, un projet d’établissement avec un axe social appuyé sera ainsi mis en place. « En tenant compte des remarques des résidents. Nous sommes à leur écoute, le dialogue est primordial » explique Cyril Chauveau. Dans le projet envisagé : des activités sportives (une partie ont été mises en place l’été dernier déjà), l’apprentissage du français, des outils informatiques pour communiquer avec leurs familles ou se former… Des partenariats avec des structures locales comme Cultures du Coeur ou Les Chantiers d’Insertion sont également prévus ou encore la possibilité d’intégrer des résidents dans des activités bénévoles de La Croix Rouge… Pour Véronique Folch, toutes ces idées sont importantes : « les activités permettent aux résidents d’avoir des liens sociaux et parfois de retrouver une dignité ». En attendant de trouver une situation stable et durable.

Lire également sur Info Tours : « Foyer Albert Thomas : les projets de la Croix Rouge »

Print Friendly, PDF & Email