Société

Un architecte, un lieu tourangeau / Episode 2

Chaque mois, nous demandons à un architecte tourangeau de choisir un bâtiment ou monument tourangeau qu’il aime particulièrement, pour différentes raisons. Puis nous nous rendons sur place avec lui pour une petite visite guidée personnelle.

Pour cette série, nous collaborons avec notre partenaire TGA Production afin d’illustrer cet entretien avec une archive vidéo de la présentation du projet.

Ce mois-ci Jean-Charles LIDDELL  nous parle du Nouvel Olympia.

Réalisation de Nicolas Michelin (2003)

         DSC_5297

37° : Pourquoi ce choix ?

Jean-Charles Liddell : J’aime son implantation, le dialogue avec la rue. Les flux sont mis en scène depuis la rue, ce qui est un clin d’œil intéressant pour un lieu de spectacle vivant.

DSC_5286

37° : Qu’est-ce qui retient l’attention plus particulièrement de ce point de vue ?

Jean-Charles Liddell : L’escalier à double circulation (des gens peuvent monter sans croiser ceux qui descendent) évoque le célèbre escalier à «double révolution» ou «double hélice» du château de Chambord, qui serait une création de Léonard de Vinci.

DSC_0155

La résille est aussi une curiosité car elle joue d’habitude un rôle par rapport à la protection contre un soleil trop fort alors qu’ici elle joue surtout avec le volume du bâtiment et les reflets. Le soir, quand on monte l’escalier, la résille atténue l’effet miroir de la paroi vitrée et crée un dialogue avec l’espace urbain environnant et une sorte d’épaisseur.

DSC_5284

37° : Cette façade vous semble-t-elle parfaitement réussie ?

Jean-Charles Liddell : Pas complètement. Les fenêtres en haut sont en total décalage avec le reste, elles sont très basiques et classiques, avec leurs espèces de «carreaux». C’est vraiment dommage…

DSC_5291

37° : Ce type de réhabilitation vous semble-t-il intéressant (L’Olympia a d’abord été une salle de concert et un cinéma NDLR) ?

Jean-Charles Liddell : Oui, même si tout a été rasé et refait, il est important de perpétuer ce genre de lieux culturels en plein centre ville, au milieu d’habitations anciennes et de commerces.

DSC_5278

37° : Il n’y a pas beaucoup de projets de ce type à Tours pourtant, comment l’expliquez-vous ?

Jean-Charles Liddell : Oui c’est étonnant, mais je pense que les nouveaux quartiers comme les Deux Lions et Monconseil créent une dynamique et qu’on verra peut-être d’autres réalisations dans le centre ville dans les décennies à venir. Les collectivités locales ont souvent tendance à choisir des cabinets extérieurs alors qu’il y a de bons architectes à Tours et qu’il pourrait être intéressant sur de futurs projets publics de ce type d’étudier de près la vision de professionnels Tourangeaux qui vivent la ville au quotidien. Malgré tout, un projet comme celui du musée Olivier Debré me paraît très intéressant.

DSC_5274

Propos recueillis le 13 octobre 2014 par Laurent Geneix. Crédits photos : Laurent Geneix pour 37°

> le site internet de l’atelier de Jean-Charles LIDDELL

> Le CDRT vu par Nicolas Michelin

> D’autres réalisations de Nicolas Michelin à Tours : Les Maisons Blanches (2010) et juste en face du Nouvel Olympia, le Commerce Atemporel (2005) qui abrite aujourd’hui… un cabinet d’architecte !

 

Print Friendly, PDF & Email