L'actualité Tourangelle à la bonne température
ReportagesReportage-Sport

Tours’Angels : du sport et des rencontres

Née en 2003, Tours’Angels s’apprête à fêter ses 15 ans. Créée dans le but d’encourager l’insertion des personnes LGBT par le sport, elle conserve cet objectif aujourd’hui mais reste avant tout une association dont l’ambition est de faciliter des rapprochements. Rencontre.

1380469_391767054304008_6569104591172549198_n

C’est mercredi soir à Tours Nord. A 18h15, le gymnase Gustave Eiffel affiche quasiment complet. Les filets de badminton sont tendus et les matchs s’enchaînent… Sur les terrains, les rencontres se font en double, souvent mixte. L’ambiance est détendue… Ici, ce n’est pas la performance qui prime mais la volonté de passer un bon moment autour du sport. Pendant 1h30, le créneau est réservé à l’association Tours’Angels. Une association, pas un club. Sa particularité : elle s’affiche comme gay friendly, sans pour autant en faire un argument prioritaire.

Des inscriptions en hausse depuis la rentrée, et plus de filles

Posés avec nous devant l’entrée, Damien (le président) et Arno (le vice-président) reviennent sur la genèse de la structure : « elle a été créée en mai 2003, essentiellement par des femmes suite à un mouvement de la Fédération Sportive Gay et Lesbien. L’objectif était de développer l’insertion des personnes homosexuelles par le sport au niveau national en créant les Franco Games, qui ont par la suite été organisés à Tours en 2004. Il s’agit d’une compétition dérivée des Gay Games qui seront d’ailleurs accueillis par Paris en 2018. »

tours-angels-1
tours-angels-4

Aujourd’hui, peu de personnes présentes au début de l’aventure font encore partie de la bande, mais l’esprit est toujours là. « Le badminton, ça se fait depuis toujours » racontent Damien et Arno. Chaque semaine, 3 créneaux d’1h30 sont bloqués pour Tours’Angels dans ce gymnase situé à moins de 10 minutes du tram Beffroi. « Nous organisons aussi une randonnée par mois, deux séances de ciné mensuelles aux Studio et des activités exceptionnelles comme du bowling, de l’escape game, la visite d’une expo, du bubble foot et même un cours de cuisine. »

Avec 90 adhérents dont 23 nouveaux cette année, l’association est plutôt en forme :

« on fait un bon démarrage, on a notamment eu pas mal d’inscriptions lors de Sport’Ouvertes. On est reconnus comme LGBT mais toute personne qui veut faire du bad’ et accepte de pouvoir côtoyer des personnes homosexuelles par le sport peut venir. La question ne se pose même pas. A l’époque, il y a eu cette impulsion à cause des difficultés d’intégration dans le sport, et notamment dans les sports collectifs. Les gays étaient plus réfractaires à aller dans un club à cause d’un préjugé de sous-performance ou celui qui veut qu’un mec gay va forcément vouloir mater les hétéros sous la douche. Aujourd’hui, on n’a plus ces problèmes mais cela reste encore assez tabou d’aller dans un club pour des personnes LGBT. »

tours-angels-5

Souhaitant donc rassembler un maximum de membres de tous milieux (de 20 à 70 ans, avec plus de filles cette année), Tours’Angels ne fait pas de militantisme, ou si peu. Présente à la Marche des Fiertés de Tours chaque année en juin, elle y a un stand au départ mais pas de char : « il y a encore besoin d’associations militantes, on le voit. Mais cela s’estompe aussi. Nous, on est dans une forme de militantisme hyper doux. On revendique l’universalité, chaque adhérent à son point de vue » précisent Arno et Damien.

Ainsi, l’association organise chaque année en janvier un tournoi en faveur du Sidaction et invite tous les autres clubs de badminton : « la seule différence c’est qu’eux organisent des cours, et pas nous. On progresse par nous-mêmes. Certains viennent pour le plaisir, d’autres pour progresser. » Des déplacements sont également organisés régulièrement pour différents tournois avec des associations similaires du le Grand Ouest (Rennes, Nantes, Angers, Niort…).

Grande fête et grand tournoi en 2018

C’est répété à plusieurs reprises, la priorité de Tours’Angels c’est donc la convivialité : « ce n’est jamais simple quand on arrive dans une association… On fait donc un Apéro Contact par mois pour accueillir les nouveaux. Au badminton, on privilégie le double et une fois par mois c’est soirée bad’mix avec des matchs imposés entre des joueurs pris au hasard. Cela force les gens à se mélanger, et ils s’intègrent mieux. » De plus, « le côté sportif permet d’accéder à un dialogue différent du simple ‘bonjour, tu t’appelles comment ?’ L’idée est aussi de casser les groupes d’amis : ‘vous venez à 3 ok, mais ne faites pas du bad’ que tous les trois.’ On est dans une optique d’intégration, faire des activités sans se prendre la tête et sans à priori sur la sexualité. »

Pour 2018, Tours’Angels prépare déjà la grande fête de ses 15 ans, en février, au Point Haut de St-Pierre-des-Corps. Elle fera aussi son dixième tournoi de badminton le 14 avril à la Vallée du Cher avec plus d’une centaine de participants. Soutenue par la mairie, elle se lance désormais dans la demande de subventions pour étoffer encore son catalogue d’activités et lance un appel à ses adhérents pour être force de propositions.

Un degré en plus :

La page Facebook de Tours’Angels.