Reportage-SociétéReportages

Paradis des fruits au jardin Gambetta de St-Pierre-des-Corps

A St-Pierre-des-Corps, le jardin Gambetta est un chouette petit parc de quartier, au milieu des pavillons. On y joue au basket et au foot ou on vient s’y détendre, tranquillement assis sur les bancs… Dans quelques mois, on pourra en plus venir y déguster des groseilles, des pommes et des framboises voire récupérer un peu de basilic et de ciboulette pour agrémenter une salade. Tout ça grâce à une chouette association qui vient de voir le jour dans la commune : Les Planteurs d’Idées.

Benjamin et Claire habitent tout près du jardin Gambetta, dans la rue du même nom… Ils sont respectivement Président et Secrétaire de l’association. Jardiner, ça les connait. Devant leur maison ils ont des pommiers, des aromates et du céleri… Deux poules ont même leur espace tout au fond du potager. Aujourd’hui, ils veulent diffuser leur passion des plantes et du travail de la terre à leurs voisins et aux enfants en transformant le parc de 8 000m² en un grand potager urbain, sans pour autant lui ôter sa fonction sportive et récréative. « Aux Pays-Bas, j’ai un copain qui travaille sur des projets pour réinvestir les jardins publics d’une façon différente. L’idée est d’y mettre des plantes comestibles et interactives, pas simplement de faire des massifs ornementaux. »

Des groseilles, du cassis, de la menthe…

Propriétaire à St-Pierre-des-Corps depuis 3 ans, le photographe a donc été convaincre la mairie de la ville de tenter l’expérience… Imaginé au printemps 2016, son projet a vu le jour sous forme d’association quelques mois plus tard, à la fin de l’été. Aujourd’hui, Les Planteurs d’Idées rassemblent une trentaine de membres, dont une quinzaine bien actifs : « on veut essayer de créer des connexions entre voisins, aller plus loin que la Fête des Voisins annuelle. L’idée est de planter des choses ensemble. » Au fil des discussions, plusieurs lieux ont été proposés pour concrétiser le chantier, et c’est donc le parc Gambetta qui a eu la préférence des élus « parce qu’il a bien besoin d’un coup de neuf. »

jardin-st-pierre-des-corps-3
jardins partagés Saint-Pierre-des-Corps

Une fois l’accord officiel obtenu, Benjamin, Claire et leur équipe ont entrepris d’embarquer un maximum de personnes dans l’aventure. Sans subventions publiques, ils bénéficient néanmoins d’un soutien matériel de la commune de St-Pierre-des-Corps qui va leur préparer le terrain mais aussi de partenariats avec des entreprises privées. De plus, 6 écoles sont impliquées dans le projet, soit un total de 10 classes et 250 enfants, du CE2 au CM2. Des élèves venus de 5 écoles corpopétrusiennes (Stalingrad, Marceau-Courier, République, Pierre Semard et Henri Wallon) + l’école privée Ste Marguerite du quartier Beaujardin de Tours.

« Avec elles on fait un suivi toute l’année. On a présenté le projet en classe et début novembre les classes vont venir sur le site pour faire les plantations ; Chaque enfant aura son arbre pour faire pousser du cassis, des groseilles ou de la framboise. Ensuite, ils vont faire un travail sur le semis et reviendront en avril pour une deuxième session de plantations. »

La devise des planteurs d’idées est aussi simple qu’amusante : « on est feignants et gourmands. » C’est-à-dire que tout ce qui sera planté à Gambetta devra demander un minimum d’entretien, pas d’arrosage fréquent par exemple. « On a choisi des variétés qui résistent aux maladies. » Évidemment, tout sera cultivé en bio, sans produits chimiques. Et puis tout est calculé pour que des récoltes soient possibles du mois de mai jusqu’à la fin de l’automne : « on a prévu plusieurs variétés de groseilles ou de pommes pour en avoir le plus longtemps possible » nous dit Benjamin qui a aussi pensé à semer plusieurs variétés de menthe ou des légumes oubliés et capables d’affronter le froid seuls. Les insectes et oiseaux seront aussi bienvenus pour créer tout un écosystème autonome.

jardin-st-pierre-des-corps-5

« Le risque que l’on prend, c’est que ça marche »

En plus des enfants, les habitants du quartier et tous les volontaires seront invités à venir mettre les mains dans la terre durant les deux premiers week-ends de novembre afin de contribuer au chantier participatif. En guise de récompense, ils pourront venir profiter des fruits ou des herbes quand ils le voudront : « cela appartient à tout le monde », répète plusieurs fois Benjamin qui prévoit aussi de faire des sessions de formation autour de la taille des arbres avec théorie et travaux pratiques pour apprendre les bons gestes aux habitants et susciter chez eux l’envie de bien entretenir ce jardin qui ne sera pas géré par les services des espaces verts.

« Le risque que l’on prend, c’est que ça marche » conclue l’initiateur du projet qui espère qu’au bout de 3 ans ce jardin sera bel et bien autogéré avec un total de 300 arbres fruitiers, sans compter les aromates… Pas de quoi permettre à tous les habitants de faire un stock de confitures mais suffisant pour permettre quelques gourmandises saines lors d’une balade en famille. Le genre de projet que l’on aimerait bien voir se diffuser ailleurs dans l’agglo… La Riche serait notamment intéressée…

 

Un degré en plus :

Pour soutenir Les Planteurs d’Idées, vous pouvez participer au financement participatif que vient de lancer l’association.

Print Friendly, PDF & Email