Portraits-SociétéChroniquesPortraits

[Tourangelle en Vadrouille] Margaux Noée, photographe globe-trotteuse

A 23 ans, Margaux Noée a « plusieurs projets en cours, tout le temps. » Après avoir tenté les Beaux-Arts, la jeune femme s’est orientée vers la photo et a officiellement créé son entreprise il y a 8 mois. Fille du Val de Loire, elle a vécu 4 ans à Tours et partage aujourd’hui sa vie entre Beaugency (dans le Loiret) et l’Indre-et-Loire.

Toujours sur la route, Margaux a passé 5 mois en Amérique latine, a visité l’Espagne, les États-Unis, la Thaïlande ou encore les Pays Bas… Après quelques jours à Berlin en cette fin d’année, elle prépare un séjour au Portugal pour 2018. Dans tous les cas, son appareil photo est un compagnon de voyage fidèle. De quoi ramener de beaux souvenirs dont Margaux expose un échantillon en ce moment au coffee-shop Le Petit Atelier de Tours, Rue Colbert. C’est là qu’on l’a rencontrée pour qu’elle nous raconte ses aventures…

laguna-69-au-parc-national-de-huascaran-peru

1 – Laguna 69 au Parc National du Huascaran, au Pérou

« Nous sommes en novembre 2016, je venais d’arriver au Pérou, j’étais là depuis deux semaines… Je suis partie de la ville de Huaraz, le point de départ de beaucoup de treks. C’était ma première grande marche de l’année : 3h pour monter, 2h pour redescendre. Je suis partie vers la Laguna 69 qui culmine à 4 600m d’altitude avec un bon dénivelé pour y accéder. C’était compliqué, au bout de quelques heures je me demandais ce que je faisais là, entre la Cordillère blanche et noire, avec des petites vaches à droite et à gauche. Et puis j’arrive au point final avec un glacier splendide et un lac magnifique. »

majo-maria-jose-lima

2 – Portrait de Maria-Jose à Lima, au Pérou

« Majo, je l’ai rencontrée sur Tinder en créant un profil d’homme sur lequel j’expliquais que j’étais photographe et quel était mon projet, baptisé Natural’s Not Dead consistant à faire des photos au naturel, bien différentes des photos en studio. D’habitude les filles posent plein de questions, elles ont un peu peur. Mais à Lima, les gens sont très ouverts d’esprit : on a matché en deux lignes, et elle a accepté que l’on se rencontre tout de suite. Quand je suis arrivée, elle était à l’arrache : elle sortait de la douche, les cheveux dégoulinants. Elle est venue me retrouver les pieds nus dans la rue. On est montées chez elle, elle vivait dans un atelier avec une salle de bain, il y avait de quoi dormir par terre mais aucun autre meuble, juste des tables, des peintures, des instruments, des décors de théâtre… Elle était en école de cinéma et ils étaient 4-5 à vivre dans cette grosse maison. »

quartier-de-miraflores-a-lima-peru

3 – Quartier de Miraflores à Lima, au Pérou

« Lima, j’y suis resté environ deux mois. Miraflores, c’est le premier quartier où les touristes vont quand ils sont dans la ville. J’aime bien ses vieux immeubles pleins de couleurs : du bleu, du jaune… Il y a aussi les fils électriques qui quadrillent le ciel. A Lima, mais plus globalement dans toute l’Amérique latine. Au départ je n’ai pas aimé la ville, c’est très touristique. De plus cette capitale est un immense bordel : il y a quasiment des bouchons 24h/24, pour faire un trajet tu mets au moins une heure, où que tu ailles. Je ne voulais pas rester mais au final j’ai fait des rencontres, notamment l’employé d’une auberge de jeunesse qui m’a présenté à ses amis et ses colocs… Là-bas c’est plus facile de discuter avec les gens, ils sont plus curieux. Et puis la photo c’est aussi un alibi pour leur parler. »

las-penas-guayaquil-ecuador

4 – Las Penas, Guayaquil, Équateur

« J’ai été en Équateur fin 2016. Je n’y ai pas que des bons souvenirs car je suis tombée malade en buvant de l’eau du robinet et j’ai passé 3 jours à l’hôpital. Cette photo, elle a été prise à Guayaquil, près de la frontière avec le Pérou. C’est sur une colline, un haut lieu touristique où l’on monte une rue en pente avec des escaliers pour atteindre le phare de la ville. Partout, il y a de petites maisons colorées. Les habitants ouvrent leurs fenêtres, sortent leurs barbecues en terrasse… Ils ont tous quelque chose à vendre, ils en profitent, mais c’est super cool. Là-bas, tout le monde vit dehors. Dès que les gens n’ont rien à faire, ils se mettent sur le perron. J’ai rencontré des gars qui regardaient un match de foot : ils étaient dans la rue, et ils regardaient par le fenêtre. J’aime bien le foot alors je leur ai demandé si je pouvais regarder avec eux, ils m’ont offert des bières… Ça, c’était le soir. Puis je suis revenue le lendemain : c’était désert, et c’est là que j’ai vu ces poules… »

silvia-a-huaripampa-au-peru

5 – Silvia à Huaripampa, au Pérou

« J’étais dans un tout petit village des Andes… De ce que j’ai compris, les gens qui d’ici sont des familles qui vivent dans une sorte de refuge catholique des montagnes. Ce jour-là, il devait y avoir une douzaine d’enfants… On était entre amis, on revenait d’un trek à 4 000m d’altitude et on était épuisés… On a passé la soirée là. Les parents étaient surtout occupés à essayer de vendre des trucs, c’était difficile de passer des moments avec eux, mais les enfants étaient juste curieux de voir du monde. On a bien rigolé avec eux, on a fait un foot : ils galopaient alors que nous, à 4 000m, on était crevés après un tour de terrain. Sur la photo, on voit Silvia, qui doit avoir 8 ans. Elle tient un mégot mais je ne l’ai remarqué qu’après. Je ne sais pas où elle l’a trouvé, je ne me souviens pas l’avoir vue fumer. »

vinicunca-dites-montagnes-arc-en-ciel-au-peru

6 – Vinicunca, dites « les montagnes arc-en-ciel », au Pérou

« Là, on est à 5 000m d’altitude dans un lieu qui n’a pas été découvert depuis très longtemps mais qui est déjà très touristique. C’est très beau… On marche 3h et ça pique, on a eu du mal avec nos baskets et tout notre attirail alors que les locaux y arrivent tranquille en sandalettes…  Une fois en haut, c’était vraiment beau mais on a à peine eu le temps de reprendre notre souffle qu’il s’est mis à neiger fort, très fort. Alors on est redescendus… »

cerro-alto-mendoza-argentina

7 – Cerro Alto, Mendoza, en Argentine

« Au début je n’étais pas forcément attirée par l’Argentine mais j’ai trouvé un billet d’avion pas cher alors je suis partie en me disant que je verrais bien où cela me mènerait. J’ai bossé quelques temps à Mendoza, dans une auberge de jeunesse. Le genre d’endroit où tu ne connais personne mais trois secondes après tout le monde forme une grande famille. Tu penses dormir deux jours, puis finalement tu restes deux semaines. On était un petit groupe, personne ne travaillait ce jour-là et vers 4-5h du soir on s’est dit ‘tiens, si on faisait un trek ?’ On a pris à manger, on a trouvé un bus au fin fond de la campagne grâce à un Argentin qui connaissait heureusement un peu le coin puis on a commencé à gravir la montagne. Sur le chemin, on a eu un superbe coucher de Soleil mais quand on est arrivés en haut il faisait nuit. C’était juste après le Nouvel An. Du coup, on a tous écrit nos résolutions sur un bout de papier et on les a déposés sur place. Par contre, on a cru qu’on allait jamais réussir à redescendre : on n’avait pas pris de lampe frontale ! Heureusement qu’il y avait une belle Lune… »

auberge-a-san-pedro-de-atacama-chile

8 – Auberge à San Pedro de Atacama, au Chili

« Nous sommes dans le désert d’Atacama, tout au Nord du Chili. San Pedro c’est un petit village, le point culminant pour faire quelques balades dans le désert. C’est le Disneyland du désert, un endroit très touristique, mais aussi très chaud en plein été. De là, j’ai fait 2-3 expéditions et j’ai dormi dans cette auberge, où l’on pouvait déjeuner au bord de la piscine. Ce village c’était drôle : pas de centre commercial, juste des petits bouis-bouis pour manger, tout le monde connait tout le monde. En plus l’électricité n’arrêtait pas de couper, mais c’était peut-être à cause du gros orage qui a eu lieu à ce moment-là. »

amsterdam-nederland

9 – Amsterdam, aux Pays-Bas

« De retour en Europe, je suis partie à Amsterdam voir une amie rencontrée en Amérique latine et revenue avant moi. J’aime bien cette ville : il y a un côté retour dans les années 90, avec des friperies partout, des vieilles Converse, des casquettes, des gros blousons, des vélos, des petits cafés branchés… C’est un look Amsterdam. »

malaga-espagne

10 – Malaga, en Espagne

« C’est une ville où les rencontres sont moins intenses qu’en Amérique latine mais faciles, les gens sont très ouverts d’esprit. Ça me fait un peu penser à Tours d’ailleurs… J’y ai déjà été 5 ou 6 fois. On se promène et c’est juste beau : il y a un théâtre en plein air, la mer d’un côté et la montagne de l’autre… C’est un petit labyrinthe mais à force on s’y retrouve bien. Il y a un mélange de cultures entre l’Europe et l’Afrique qui tape à l’œil. Là on est dans le lit du fleuve, un endroit délabré, très artistique, un skate park un peu dégueulasse où je me suis posée avec des gens à qui j’avais demandé ma route. »

melodie-de-blois-valparaiso-chile

Bonus – Mélodie, rencontrée à Valparaiso, au Chili

« J’ai un projet photo intitulé Fleeting Home et qui consiste à me pencher sur la vie des auberges de jeunesse. C’est un monde à part, un petit paradis où tout le monde devient une famille. On ne sait pas trop pourquoi on est tous ensemble, c’est une école de la vie. C’est pour ça que pas mal de gens voyagent. Ils sont de plus en plus nombreux à partir en sac à dos sans savoir vraiment quand ils reviennent et où ils vont. Tous recherchent quelque chose de plus. Ces gens-là m’ont inspirée, ils m’ont donné plein d’idées. Parmi eux, j’ai rencontré Mélodie. Ce qui est incroyable, c’est que cette fille est de Blois et qu’elle habite dans la maison de ma grand-mère, à Oucques-la-Joyeuse. Elle m’avait parlé d’elle en plus avant mon départ et on s’est retrouvées par hasard… »

 

Crédit photo pour l’ensemble des clichés de cet article : Margaux Noée (que l’on remercie pour l’autorisation de diffusion). Vous pouvez en découvrir plus sur elle au Petit Atelier jusqu’en janvier, sur son site Internet ou sur son compte Instagram.

Print Friendly, PDF & Email