CDNT

« Le TVB a pris son temps pour franchir les étapes »

Salon Hifi - Leclerc Amboise
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

A l’aube de la saison 2016-2017 qui a repris, le TVB a donné le top départ des festivités pour les 30 ans du club. 30 ans qui ont fait du Tours Volley Ball une référence en la matière avec un palmarès unique, garni de 19 titres ! Pour l’occasion, c’est par une exposition sur les grilles du jardin de la préfecture que débute cet anniversaire. Une exposition préparée et organisée par Gérard Mathieu, journaliste à la NR pendant de nombreuses années qui a suivi la naissance et l’évolution du TVB depuis 30 ans.

img_0624

Qui mieux que Pascal Foussard pouvait évoquer avec nous ces 30 ans du club ? Le parcours professionnel du directeur général du TVB est intimement lié à ce club qu’il a rejoint en tant que joueur au début des années 1980 quand celui-ci n’était encore qu’une section du TEC. Depuis il ne l’a jamais plus quitté, devenant tour à tour joueur puis capitaine lors de la montée en N1A (ancien nom de la Ligue A, la première division), entraîneur, manager et directeur général. L’interlocuteur idéal pour évoquer les raisons de la réussite du club tourangeau le plus titré, tous sports collectifs confondus.

Lire également : L’interview imagée de Pascal Foussard

Un club qui a pris son temps pour franchir les étapes.

A regarder les résultats de ces 15 dernières années, il serait facile de voir dans le TVB un club taillé pour tout remporter, construit dès le départ comme une machine à gagner inébranlable. Pourtant en regardant à une échelle plus fine, on se rend compte que l’histoire du TVB est loin d’être linéaire et que si dans les grandes lignes, la progression est finalement assez constante, le club tourangeau s’est construit patiemment en partant au départ de pas grand chose.

« C’est une aventure qui a été longue. Aujourd’hui les gens n’y font pas attention et pensent que le TVB est monté vite en haut de la hiérarchie, pourtant le TVB a pris son temps pour franchir les étapes. Après la montée en Pro A, on a disputé nos premiers play-off au bout de cinq saisons, on a gagné notre premier titre au bout de 9 ans. La tendance dans le haut niveau est d’aller trop vite, à l’inverse nous ne l’avons pas fait » explique Pascal Foussard. Cette patience est à n’en pas douter une des raisons qui font du TVB ce qu’il est à l’heure actuelle, un club très structuré, trustant le haut de la hiérarchie nationale.

Un club et surtout des hommes

Le TVB est surtout une histoire d’hommes, à commencer par les présidents successifs. Ceux ayant contribué à l’essor du club comme les passionnés Philippe Berthelot, Patrick Chevallier ou ceux qui l’ont conforté à son rang à l’instar de Jacques Bouhier président jusqu’à peu et qui a laissé sa place à Yves Bouget. Des présidents entourés d’hommes dévoués à ce club parfois depuis de nombreuses années. Car on ne s’en rend pas forcément compte mais le TVB reste aujourd’hui une petite structure de quelques salariés et composée essentiellement de nombreux bénévoles, tous aussi dévoués à ce clubs,  depuis parfois de nombreuses années. Parmi ces hommes, un a forcément une place particulière dans l’histoire du TVB : le docteur Louis Monière, président pendant près de 40 ans du TEC puis du TVB, entité qu’il a créée il y a 30 ans en y amenant les fondements humains toujours valables aujourd’hui. Un homme qui a donné dès le départ de l’ambition à ce club.

« Le TVB s’est construit sur des valeurs que l’on perdure aujourd’hui : celles d’être à la fois un club familial, mais  qui soit également un acteur sportif et économique. Louis Monière est à l’origine de tout cela. Sur le plan sportif, il a construit le TVB sur la base d’une équipe de jeunes joueurs dont je faisais partie, auxquels ont été associés quelques joueurs d’expérience venant de Pologne notamment. A l’époque tout était amateur et fait à partir de pas grand chose. Cependant, rapidement, le club avait compris que si on voulait installer le volley durablement il fallait des moyens, et le TVBE (Tours Volley Ball Entreprises) a été créé seulement quelques années après».

Un public fidèle

Le pari du TVB d’alors : celui d’attirer un public fidèle pour séduire dans un deuxième temps les collectivités et partenaires privés.

« On s’est créé par le public » affirme Pascal Foussard. « On a été chercher le public grâce à une grosse politique incitative d’un dirigeant de l’époque, Yves Varanne, qui s’est employé à cela. Cela nous a permis de séduire derrière les collectivités et les partenaires privés qui se sont dits en voyant que l’on remplissait la salle « tiens il se passe quelque-chose au volley ». Un public qui est resté fidèle au TVB qui enregistre toujours de fortes affluences chaque semaine. « Nous avons une moyenne sur l’année de 2500 à 2600 spectateurs pour une capacité de 3000 places, c’est plutôt unique ».

Le TVBE : le bras financier du club

La fidélisation du public avait son corollaire : celui d’attirer des partenaires financiers. Depuis 25 ans, ces derniers sont structurés au sein du TVBE, véritable bras financier du club (ndlr : Club au plus gros budget de France, celui du TVB est aujourd’hui composé à 53% de partenaires privés et 47% des collectivités. La moyenne nationale pour un club de volley en France est de l’ordre  de 80% provenant des collectivités et 20% du privé).

« Les partenaires sont indispensables, c’est eux qui nous permettent d’investir, c’est donc logique qu’on les chouchoute comme on dit. Le TVBE c’est un réseau de plus de 130 entrepreneurs qui font du business ensemble mais c’est aussi une structure à visage humain avec des valeurs familiales à l’image du club. Ces deux éléments sont indispensables l’un à l’autre et se complètent ».

Un club qui se bat pour rester au top

Malgré tout cela, n’allez pas croire pour autant que tout est rose au TVB car le club s’est également construit dans la difficulté ou plutôt les difficultés. La première d’entre-elles revient au sport en lui même, le volley, encore peu médiatique même si cela tend à décoller ces derniers mois grâce aux bons résultats de l’équipe de France mais aussi à l’investissement de la chaîne l’Equipe 21 qui retransmet chaque semaine un match de championnat.

« Même si cela évolue, c’est vrai que le volley n’est pas un sport hyper-médiatique et qu’il faut peut-être se battre plus que dans d’autres sports pour être reconnus à notre juste valeur. On n’a jamais attendu que l’on nous donne les choses facilement, au contraire on a toujours forcé les portes pour arriver là où on est. De temps en temps, on oublie ce qu’on a fait, mais je mets souvent en garde parce qu’il est toujours facile de banaliser les résultats. Pourtant il ne faut pas oublier que le haut niveau est très très exigeant et que parfois il tient sur des détails ».

Un club ancré dans le territoire

Si l’équipe première attire forcément la lumière, le TVB ne se résume pas pour autant qu’à son équipe fanion,  puisqu’un secteur fédéral et amateur y est particulièrement actif, à commencer par le Centre de Formation.

« Nous avons un centre de formation de 19 ans de moyenne d’âge, c’est parfois compliqué pour eux en Nationale 2 mais ce n’est pas grave, ils sont là pour apprendre. Pour moi le centre de formation doit justement permettre de développer le volley dans la région, c’est pourquoi on a 70% de nos joueurs qui en sont issus. La formation entre dans ce cadre, c’est un travail de l’ombre qui est primordial et qui a été entamé il y a dix ans par deux éducateurs David Fradin et Marc Conré. Les bases qu’ils ont mis en place sont là aujourd’hui pour répondre à un objectif précis : celui de devenir le plus gros club formateur de France ».

Pour les autres secteurs du « fédéral », notons également que le club enregistre un nombre de licenciés en hausse. Conscients que l’avenir du club et du volley passe par les plus jeunes, le TVB intervient également en milieu scolaire. Enfin, le club s’ouvre à l’extérieur de Tours en proposant des matchs amicaux comme lors de la pré-saison à Fondettes. « L’un de nos objectifs est d’essayer de trouver des axes de rapprochements avec les villes voisines, jouer des matchs amicaux ailleurs entre dans cette logique. Le TVB n’est pas qu’un club de centre-ville et se doit de jouer dans tout le département ».

Lire également : L’interview imagée de Pascal Foussard

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Météo

La météo vous est offerte par :

Inscription à la newsletter

Vous aimez lire 37 degrés ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !