L'actualité Tourangelle à la bonne température
ArticlePolitique

Avec « Tours A Venir », Françoise Amiot prend date pour 2020

« Tours A Venir » c’est le nom de l’association lancée par l’ancienne adjointe aux finances de la ville de Tours. Une association qui doit préparer l’échéance des Municipales de 2020. Explications

Depuis sa démission de son poste d’adjointe aux finances et de la Municipalité en janvier 2017, sur fond d’investiture non obtenue aux Législatives, Françoise Amiot cherche à exister. L’ancienne adjointe ne manque jamais une actu municipale à commenter sur les réseaux sociaux, ici pour critiquer ses anciens colistiers, là pour rappeler qu’elle a fait partie de l’équipe et donc qu’elle a à mettre dans son bilan les réalisations d’aujourd’hui… Françoise Amiot ne veut pas d’une traversée du désert. Sitôt son départ des Républicains, on l’a donc vu adhérer au Mouvement En Marche d’Emmanuel Macron, alors candidat à la Présidentielle, puis on l’a vu à ses côtés se prendre en selfies avec lui lors de sa venue en Touraine ou lors de meetings à Paris, histoire de montrer qu’elle était devenue une vraie Macroniste. « Récompensée » d’une troisième place sur la liste des Sénatoriales, elle a pu rappeler ainsi qu’elle était toujours dans le jeu politique local.

Mais l’ancienne élue municipale n’entend pas être cantonnée à un rôle de faire-valoir, si bien que dès l’automne, elle annonçait le lancement de son association « Tours A Venir », avec en ligne de mire les élections municipales de 2020.

L’inspiration Evolu’tours

Difficile dans cette démarche de ne pas y voir des similarités avec Evolu’tours, l’association qui avait mis Serge Babary sur les rails de la Mairie de Tours. Pourtant, Françoise Amiot se défend d’être dans le semblable : « A l’époque Evolu’tours était une association avec uniquement des personnes de droite et quelques personnes de la société civile c’est vrai. En revanche, « Tours A Venir » est apolitique et dépasse les clivages politiques. La démarche est différente également puisque nous faisons une consultation, sur notre site ou bientôt directement auprès des Tourangeaux. Ce sont eux qui diront ce qu’ils veulent pour leur ville. Après nous verrons ce qu’il en sortira pour 2020″.

Objectif 2020

2020 et les prochaines élections municipales, un objectif que Françoise Amiot ne cache pas. Mais l’élue membre également de La République En Marche, devra faire un choix. Aujourd’hui le lancement de son association est observé par le mouvement départemental des Marcheurs et certains s’agacent déjà de voir l’ancienne adjointe aux finances « jouer sa carte personnelle ». Les Marcheurs du 37 pourraient voir en Françoise Amiot, l’électron libre, une épine dans la volonté de sacraliser l’année 2018. Il faut dire que le mouvement présidentiel préfère pour l’instant jouer les observateurs de la vie politique locale. L’année 2017 a certes était en sa faveur, mais les prochaines échéances de 2020 s’annoncent d’autant plus compliquées à appréhender suite aux remous créés l’an passé, pour un mouvement encore jeune et qui demande à être structuré. Et puis, l’arrivée d’un centriste à la tête de la ville en octobre dernier est vue comme une aubaine par certains à En Marche qui  voient d’ores et déjà d’un bon oeil l’opportunité de s’appuyer sur le maire sortant que sera alors Christophe Bouchet, à condition que ce dernier ait un bilan positif à l’issue de ses 3 années d’exercice à la tête de la ville. Pas de quoi réjouir Françoise Amiot.

La ligne de Tours A Venir est en effet plutôt claire d’après les discours entendus au lancement de l’association. Cette dernière est née en réaction à l’élection interne de Christophe Bouchet comme maire de Tours. Et ce dernier d’être ciblé à plusieurs reprises par les membres de Tours A Venir… Et même si en politique les ennemis d’un jour peuvent devenir amis le lendemain, on voit mal aujourd’hui l’ancienne adjointe aux finances se ranger s’il le fallait derrière le maire actuel…

Soirée de lancement Tours A Venir

Que retenir du lancement de Tours A Venir ?

En jouant la carte « Tours A Venir », Françoise Amiot occupe donc le terrain. Une façon  également de compter ses forces. Car Françoise Amiot ne part pas seule. Vendredi dernier ils étaient environ 70 à venir découvrir cette nouvelle association. Si certains étaient là par curiosité ou envoyés en observateurs, Françoise Amiot s’est en revanche déjà entourée de quelques personnalités : anciens élus (ou actuels) mais aussi membres de la fameuse société civile (comprendre non encartés à un parti politique), tant de fois vantée par les mouvements politiques quels qu’ils soient et tant de fois mise en avant comme caution des bonnes intentions et de la volonté d’écouter la population.

Société civile donc mais aussi personnalités politiques. Parmi les présents ce vendredi beaucoup de déchus ou d’orphelins des partis traditionnels. De Claude-Pierre Chauveau ex-adjoint à Jean Germain, en rupture du Parti Socialiste depuis 2015 suite à une non-investiture aux élections départementales, à Pascal Ménage, ancien député suppléant de Renaud Donnedieu de Vabres et ancien homme fort de la droite à Tours (UMP) avant de rejoindre Jean Germain en 2014, avec la réussite que l’on sait. Citons encore David Chollet, élu actuel d’opposition à Tours, ex-EELV et proche LREM ou encore Bastien Lebrun encore, ex élu de la majorité municipale ayant quitté son mandat l’an passé dans la foulée de Françoise Amiot.

« Tours A Venir » peut-il dès lors renouveler les choses ? C’est en tout cas le message affiché : celui de vouloir donner la parole aux Tourangeaux, de faire dans le « participatif », en les invitant à rejoindre l’association donc, mais aussi en contribuant à la mise en place d’idées et de projets pour la ville via une plateforme numérique dédiée puis d’une consultation dans les prochains mois via du porte à porte. Un message déjà entendu là aussi. A « Tours A Venir », maintenant de montrer que ce ne sont pas que des mots.

Lire également sur Info Tours : Une association politique pour l’ex élue Françoise Amiot

Print Friendly, PDF & Email