ArticlePolitique

Qui sera le nouveau président des maires d’Indre-et-Loire ?

Vendredi 17 novembre, les maires du département et les présidents d’intercommunalités éliront le nouveau président de l’Association des Maires d’Indre-et-Loire. 5 candidats sont en lice.

La présidence des maires est autant symbolique qu’importante. Après 9 ans à la tête de l’association, Pierre Louault, récemment élu sénateur devait laisser sa place, règle de non-cumul oblige. Pour lui succéder, ils seront 5 en lice à briguer la présidence de l’association. Une fonction symbolique mais importante, le président des maires pèse en effet dans le jeu politique en étant garant de l’intérêt des communes mais aussi d’un équilibre entre les communes rurales et celles de l’agglomération.

Cet équilibre sera un des enjeux du scrutin de vendredi. Avec une agglomération qui a renforcé son poids avec la mise en place de la métropole, les communes rurales, majoritaires en nombre, ne veulent pas être laissées pour compte et entendent bien continuer de peser dans cette association qui leur a toujours été profitable.

Les cinq candidats, Max Besnard (maire divers droite de Dierre), Antoine Trystram (maire LR de Semblançay), Patrick Michaud (maire UDI de Veigné), Jean-Luc Dupont (maire LR de Chinon) et Cédric de Oliveira (maire LR de Fondettes) l’ont bien compris et adoptent tous un discours de préservation de l’équilibre entre tous les territoires, chacun à leur façon.

Au jeu des pronostics, les regards se tournent depuis plusieurs semaines sur Cédric de Oliveira (maire de Fondettes). Agé de seulement 30 ans, il lui faudra prouver sa capacité de rassemblement, alors que certains n’hésitent pas à évoquer une candidature influencée par Philippe Briand, le puissant patron de la Métropole. En deuxième lecture on peut y voir une peur d’avoir une métropole tentaculaire et la tentation d’y mettre des contre-poids en votant pour d’autres candidats. Mais le benjamin de l’élection a également ses soutiens comme le doyen des maires ou le président des maires ruraux.

Chez les autres candidats, Jean Luc Dupont, le maire de Chinon plutôt apprécié et aux soutiens certains peut être ce contre-poids, tout comme Antoine Trystram, « maire rurbain » de Semblançay et qui a fait le tour des communes lors de la récente campagne des Sénatoriales où il était en troisième position sur la liste LR… de quoi forger quelques contacts précieux. Réponse vendredi.

Print Friendly, PDF & Email