L'actualité Tourangelle à la bonne température
Politique

Métropoles: la belle alliance…d’Orléans et Tours à l’Assemblée

magcentrev2

C’est en fin de journée ce mercredi que les députés examineront le projet de loi sur le statut de Paris et son fameux article 41. Celui-ci permettra “la création de sept nouvelles métropoles, venant compéter les métropoles existantes, de manière à assurer un maillage territoriale adapté aux besoin locaux”, selon les termes du rapporteur, Patrick Mennucci.

img_7633-620x413La “sainte alliance” Orléans-Tours, ici Philippe Briand, le président de l’agglo de Tours et les élus orléanais.

Plusieurs villes sont concernées par cette accession en Ligue 1 des agglomérations françaises, Orléans et Dijon au titre de capitales régionales, Saint-Etienne (Loire) et Toulon (Var) qui font plus de 400 000 habitants, enfin Tours, Clermont-Ferrand, Metz, toutes fortes d’une population de plus de 250 000 habitants et d’une zone d’empois de plus de 500 000 habitants.

Dominique Bussereau contre le projet

Retoqué au Sénat, l’article a toutes les chances d’être voté par l’Assemblée nationale puisqu’il est présenté par le gouvernement. D’autant qu’une partie de la droite y est favorable. Pas toute puisque l’ancien ministre Dominique Bussereau (LR) a fait part de ses doutes en commission des lois il y a une semaine. “Je ne suis pas du tout favorable à la multiplication des métropoles”, a estimé le député de Charente-Maritime qui est aussi le président de l’association des départements de France. “Par amitié pour l’ancien maire d’Orléans, et le président de la communauté d’agglomération de Tours, je m’abstiendrai. Mais les départements français sont extrêmement inquiets et peu satisfaits de cette métropolisation à outrance, qui ôte toute signification aux métropoles elles-mêmes.”

Dominique Bussereau reprend là les arguments des élus ruraux et des patrons de départements qui voient avec méfiance se multiplier les métropoles, lesquelles traiteront directement avec les régions, passant “par dessus la tête des conseil départementaux”, notamment en matière d’animation économique.

Grouard diplomate

Pour leur part, les députés du Loiret et de Touraine, Serge Grouard, Olivier Carré, Philippe Briand (LR), Valérie Corre et Jean-Patrick Gille (PS), dépassant les clivages politiques, se sont serrés les coudes en commission pour faire passer cet article, tout comme un député de la Loire, Régis Juanico, élu de Saint-Etienne. Diplomate en diable, Serge Grouard avait expliqué en commission: “en somme, il n’existe pas de rivalité mais des complémentarités. Le soleil brille pour tout le monde, et l’extension du statut ne nuira pas à ceux qui le détiennent déjà”. Même combat pour Philippe Briand: “…la métropole peut venir en aide aux territoires moins bien dotés en moyens qui l’entourent, grâce à des opérations partagées…”. 

Les débats diront si les autres députés régionaux du Centre-Val de Loire rejoignent ou pas cette “belle alliance” populaire retrouvée, (après l’épisode sénatorial), d’Orléans et Tours.

Ch.B

magcentrev2