Politique

Une journée à l’Assemblée Nationale avec Claude Greff

Inauguration d’une nouvelle série d’articles sur « 37 degrés ». Nous vous proposons de découvrir les institutions de la République, au niveau national ou local, en passant une journée avec une personnalité politique de la Touraine. Pour le premier article c’est Claude Greff, députée de la 2ème circonscription d’Indre-et-Loire, qui a accepté de jouer le jeu et qui nous a accueillis à l’Assemblée Nationale. Rencontres et immersion au Palais Bourbon dans le 7ème arrondissement de Paris.

Il est 8h05, le temps est plutôt frais sur les quais de la gare de St-Pierre-des-Corps. En ce matin d’un mercredi de novembre, les voyageurs et habitués du TGV ont tous leur cérémonial pour s’installer et préparer leur voyage d’une heure. Parmi eux, Claude Greff, député UMP d’Indre-et-Loire, et son assistant parlementaire, Thierry Boutard. D’ordinaire, les parlementaires voyagent en 1ère classe et disposent d’une carte d’accès SNCF à la couleur blanche et ocre. La députée, élue depuis 2002, fait le choix de nous accompagner en 2nde avec son collaborateur. Nous sommes assis dans un espace « 4 » et rapidement nous discutons de l’actualité nationale et locale. Sur notre table, un gratuit tourangeau, TMV, la Nouvelle République et le Figaro. Le train démarre…

IMG_1980

Comme à l’accoutumé, Claude Greff, fait un point sur son agenda avec Thierry Boutard. La députée a un rendez-vous le matin (il sera annulé par la suite) et une réunion avec le groupe d’études « tourisme » de l’Assemblée. L’après-midi et le début de soirée seront réservés aux questions au gouvernement et à une cérémonie à Levallois-Perret en présence de Bernard Cazeneuve, le Ministre de l’Intérieur. Il est aussi question, pendant notre voyage, de la résolution proposée par le gouvernement sur la reconnaissance de la Palestine. La députée a voté contre la veille. « Ce n’était pas le bon moment pour proposer cette résolution au moment où la Palestine est gouvernée par le Hamas » précise Claude Greff. (NDLR : En réalité il s’agit d’un gouvernement d’union et de transition entre les partis du Fatah et du Hamas, dans l’attente de nouvelles élections.)

IMG_1981

9h45. Nous sortons de la station de métro « Invalides », juste en face de l’ambassade du Canada. Arrivés rue de l’Université, nous entrons au « 101 » dans l’immeuble Jacques Chaban-Delmas. C’est ici qu’une grande partie des députés ont leur « bureau-chambre ». Tout a été rénové, il y a quelques années. La députée d’Amboise a son bureau au 7ème étage à coté du député- maire de Lambersart (Nord) Marc-Philippe Daubresse.

10h. Pause café et croissants au bar du rez-de-chaussée. Claude Greff et Thierry Boutard sont bien connus du personnel qu’ils ne manquent pas, sans exception, de saluer. Tout au long de notre journée, nous nous apercevrons même que Thierry Boutard est connu de tous dans les moindres recoins de l’institution. Claude Greff prend le temps de nous rappeler tout ce que l’on fait ici. Au 101, c’est ici que s’organise une partie de la vie parlementaire. Le bureau de la députée est divisé en deux. Une partie pour elle avec son bureau et son lit mural dépliant et l’autre pour son collaborateur. Depuis les travaux de rénovation, les députés ont désormais, dans leur bureau, toilettes et salle de bains.

IMG_1984

11h00. Nous souhaitons sortir du 101. La rue est bloquée. Les policiers sont en tenues officielles, postés tous les vingt mètres. Tout à coup, des sifflets et bruits de grosses cylindrées à deux roues retentissent dans la rue de l’Université. Les motards de la Police Nationale encadrent trois voitures officielles aux vitres fumées et arborant les drapeaux français et suédois. Le porche de la présidence de l’Assemblée Nationale est ouvert et laisse entrevoir l’imposant protocole réservé à la visite officielle du roi et de la reine de Suède. Les chevaux et cavaliers de la Garde Républicaine accueillent le cortège roulant sur les pavés de la présidence.

11h30. Claude Greff prend congé de nous. Elle rejoint une salle en annexe où a lieu la réunion du groupe d’études « tourisme » auquel elle appartient. Pendant ce temps, Thierry Boutard nous accompagne de l’autre côté de la rue de l’Université dans le sacrosaint temple de la démocratie française : le Palais Bourbon et ses kilomètres de couloirs… Mais qui est notre guide véritablement ? Thierry Boutard travaille depuis plus de huit ans avec Claude Greff. Entre 1998 et 2006, il a travaillé au Quai d’Orsay (Ministère des Affaires Etrangères) et a été en poste en Turquie, en Autriche et Afrique du Sud. Il a aussi passé deux ans à l’Elysée auprès de Jacques Chirac. L’assistant parlementaire est un guide nécessaire pour passer tous les points de contrôle, mais aussi pour gagner du temps. Passage obligé pour les journalistes, nous nous rendons au service de presse pour y récupérer nos accréditations.

11h55. Nous traversons la rue et allons boire un café au « Bourbon » sur la place faisant face aux grilles de l’Assemblée. De l’autre côté, un homme manifeste seul avec des pancartes. C’est un ancien chauffeur de François Hollande mécontent de son sort. Au comptoir, où nous sommes installés, arrivent quatre photographes aux téléobjectifs impressionnants et aux valises identiques où sont accrochés des petits tabourets. Ils parlent anglais et une langue du nord de l’Europe. A n’en pas douter, les paparazzis suédois ont investi la capitale.

Nous prenons le temps de discuter avec Thierry Boutard du travail parlementaire. « L’Assemblée Nationale a fait énormément de progrès pour faciliter le travail des députés » se réjouit le collaborateur de Claude Greff. Le parlementarisme « 2 .0 » a fait place nette aux lourdeurs d’avant. « On peut presque tout faire de la Touraine, sans se rendre à l’Assemblée si on le veut. On peut désormais déposer des amendements via l’intranet du site de l’AN… » ajoute-t-il.

IMG_1989

12h30. Nous faisons un petit détour par la Boutique de l’Assemblée. Noël Mamère, député-maire de Bègles (Gironde) déguste un café servi pour l’occasion dans la boutique. L’un des responsables de la boutique vient à notre rencontre et salue Thierry Boutard. Cet homme au costume gris et au sourire sympathique habite Tours. Il fait l’aller et retour tous les jours en TGV comme de nombreux abonnés TGV.

IMG_1982

12h50. Nous sommes au « 101 », Claude Greff nous a rejoint. Elle vient de terminer sa réunion « tourisme ». Nous prenons l’ascenseur direction le 8ème étage. En sortant, une autre atmosphère s’offre à nous. Nous pouvons humer les odeurs des plats. Nous sommes au restaurant panoramique de l’Assemblée. Un maître d’hôtel nous reçoit. Pas question pour lui de demander à qui il a à faire. Il connaît tous les députés. Il nous indique notre table. Derrière nous, Bruno Le Maire déjeune avec des amis. Face à nous, les toits du Grand Palais et juste sur notre gauche, la tour Eiffel. Ici, au 8ème, il y a une tradition. Impossible pour nous de vous dire ce qui ce dit et qui déjeune avec qui. Ce lieu est sanctuarisé. Les journalistes sont les bienvenus, mais ils doivent se plier à cette règle non-écrite que certains seraient tentés de transgresser.

Le portable de C. Greff sonne. C’est son fils. « J’essaie au maximum de concilier ma vie familiale avec mon engagement politique ». Pour cette femme de 60 ans, six fois grand-mère, la famille est au centre de sa vie de femme politique, elle qui a été Secrétaire d’Etat à la Famille sous Nicolas Sarkozy.

14h30. Retour au 7ème étage dans le bureau de la députée. On allume la télé. L’écran d’accueil nous rappelle l’ordre du jour de cet après-midi : Questions au gouvernement, surveillance des filières et individus djhadistes et missions et modalités du maintien de l’ordre républicain.

14h45. Salle des 4 colonnes à l’entrée de l’Hémicycle. La garde républicaine est installée pour accueillir, comme à chaque séance, en haie d’honneur, Claude Bartolone, le président de l’AN.

IMG_1992

Il y a beaucoup de caméras et de journalistes. Se mélangent à eux des groupes de visiteurs invités par leurs députés. Il y a des scolaires et beaucoup de troisième âge.

IMG_1997

14h55. Nous sommes à moins de 5 minutes du début de la séance. L’Assemblée est très clairsemée. Les ministres du gouvernement de Manuel Valls arrivent, dossiers sous le bras. Certains d’entre-eux sont déjà assis. Ségolène Royal est en pleine discussion avec son voisin Michel Sapin.

IMG_2002

15h00. Le président arrive sous la voix grave de l’huissier, « Le président de l’Assemblée Nationale ! ». Les députés présents se lèvent. Derrière lui, une myriade impressionnante de députés le suivent. La plupart ont attendu le dernier moment pour arriver. Claude Bartolone vient de s’asseoir dans son majestueux fauteuil aux plus de deux cents ans d’histoire. Un fauteuil qui date de l’époque du Conseil des Cinq Cents qui fut l’une des deux assemblées sous le Directoire (1795).

IMG_2000

Un hommage est rendu à Jacques Barrot, ancien ministre et commissaire européen, décédé le matin d’un malaise dans le métro. Viennent les questions au gouvernement. Chaque député a 2 minutes pour poser sa question et le ou la ministre concerné(e) a 2 minutes pour répondre. Les esprits s’échauffent. Il est question de fiscalité et d’entreprises. Beaucoup sont connectés à leur smartphone et à leur tablette tactile.

IMG_2001

La plupart y lisent les dernières nouvelles ou des dossiers. Claude Greff écoute les débats. La députée est voisine de Pierre Lelouch et de NKM. Elle siège sur la dernière travée à droite de l’Assemblée. L’ambiance est cacophonique. Difficile de se rendre compte du brouhaha ambiant et permanent quand on regarde les sessions sur France 3.

IMG_1999

16h00. Nous nous sommes donnés rendez-vous avec Claude Greff à son bureau. Nous discutons de cette journée passée avec Thierry Boutard et elle. La journée est passée vite. La députée regrette que pour notre papier, l’emploi du temps de cette journée soit si calme. Mais c’est aussi ça la vie politique. Des journées bien remplies et des moments de respiration.

16h45. Nous sommes assis, Thierry Boutard et moi, dans le TGV. Claude Greff est restée à Paris pour une cérémonie avec le Ministre de l’Intérieur dans la ville de Levallois-Perret.

18h00. Nous nous quittons avec T. Boutard après un retour entre Paris et Tours où il fut question de ses années passées au Quai d’Orsay et à l’Elysée.

Crédits photos : Arnaud Roy pour 37°

Print Friendly, PDF & Email