Politique

Municipales à Joué-lès-Tours : Pour Francis Gérard, la gauche peut reprendre la Mairie…

Francis Gérard mènera la campagne à Joué-lès-Tours pour la gauche, avec une liste d’alliance socialiste, écologiste mais aussi citoyenne. Le candidat, désigné après l’abandon de Vincent Tison à l’automne, sait qu’il part challenger mais croit en la victoire. Après tout, l’élection municipale de 2014 a prouvé que les pronostics pouvaient être déjoués…

 

Porte-à-porte, présence sur le terrain, Francis Gérard sait qu’il faudra convaincre les électeurs jocondiens en répondant au plus près de leurs attentes sur leur quotidien et ne ménage pas ses efforts depuis novembre et le début de sa campagne.

L’ancien premier adjoint de la ville jusqu’en 2014, est aujourd’hui dans la peau du challenger. Une position délicate, d’autant plus qu’il n’était pas le candidat désigné par l’association « La Ville au Cœur » au départ, les militants de cette dernière ayant choisi au printemps 2019 la candidature de Vincent Tison. Oui mais celui-ci s’est retiré à l’automne pour raisons personnelles et Francis Gérard a repris le flambeau. Une nouvelle campagne dans la campagne. « Le changement de candidat n’a pas perturbé la campagne, après deux ou trois jours de calage nécessaire, elle a repris son rythme » affirme aujourd’hui le candidat de la gauche, assurant que les préoccupations des électeurs sont ailleurs.

Un mandat jugé « difficile »

Ce dernier veut incarner la transition à la majorité actuelle du maire Frédéric Augis, dont il évoque le bilan : « Tout n’est pas à jeter mais il y a eu des choses difficiles dans ce mandat. Les finances se sont dégradées avec une hausse de l’endettement et une baisse de la capacité d’autofinancement de la commune. » Un point qu’il a abordé à de multiples reprises au sein du Conseil Municipal où il siège aujourd’hui dans l’opposition, tout comme celui de la politique foncière de Frédéric Augis : « On a fait du stockage de foncier sans projets. »

Autre problème pour le candidat de la gauche « sociale et écologiste » : le poids de la ville dans la Métropole, jugé insuffisant. « Il faut que le fait métropolitain s’exprime plus dans la commune. » argue-t-il tout en prenant exemple sur les sites Michelin et Tupperware, non aménagés depuis le départ des deux entreprises. Un dernier exemple symbole pour Francis Gérard de « l’inaction du mandat dans le domaine économique. »

Emploi, écologie et social au cœur du projet politique

Francis Gérard ne manque pas ainsi pointer à son sens les erreurs du mandat actuel. Et s’il faudra attendre début février pour connaître son projet pour la ville (ainsi que ses colistiers), il avance déjà quelques axes qu’il souhaite mettre en place. Le candidat socialiste entend ainsi mener une politique pour l’emploi, sociale et mettant l’accent sur le développement durable. « Il faut créer des liens forts entre toutes ces composantes » affirme-t-il en évoquant par exemple l’insertion de la question environnementale et énergétique dans les créations sur les zones économiques. Une notion environnementale qu’il tient à privilégier « face au bitumage qu’il y a eu de la ville ces dernières années. »

La sécurité sera également au centre des débats Là encore, Francis Gérard veut rompre avec la politique actuelle : « le bâton ne suffit pas, il faut également faire de l’éducation et de la prévention mais aussi ne pas opposer les quartiers et les populations. »  Il lui reste deux mois pour convaincre les Jocondiens.

Print Friendly, PDF & Email